Présenté dans la province gabonaise de la toile mondiale comme l’auteur, il y a quelques jours, d’un coup de feu sur un agent de la Garde républicaine (GR), Doris Obame Nkoro ne serait qu’un escroc, recherché par la gendarmerie pour autre chose. Il ne s’agit donc nullement du pistolero volatilisé dans la nature après le forfait de triste mémoire.  

Plutôt recherché pour escroquerie, Doris Obame Nkoro ne serait pas l’auteur du tir sur le soldat de la GR. © Gabonreview

 

C’est littéralement un secret de Polichinelle : le  28 mai dernier à Libreville, un soldat de la Garde républicaine (GR) s’est fait tirer dessus au niveau du Lycée national Léon Mba. Le militaire était de faction pour la sécurisation du trajet quotidien du président de la République. Moins de quarante-huit heures après, la toile gabonaise s’est enflammée avec la diffusion virale d’une photo d’identité, comme au bon vieux temps des chasseurs de prime du Far West. Wanted : Doris Obame Nkoro, «forte récompense promise !» Écrit au stylo à bille à encre bleu, on peut également lire sur l’image : «Activement recherché». La photo est d’ailleurs assortie de deux numéros de téléphone : 06 24 50 16 et 07 77 20 64.

Joint ce 1er juin 2018, le correspondant du premier numéro a affirmé, sitôt après avoir décroché et avant même les salutations et présentations d’usage, que «l’information n’est pas fondée». Et d’ajouter un peu après que l’appelant se fut présenté : «Vos collègues ne font qu’appeler. L’information n’est pas vraie».

Le correspondant du second numéro n’a pas hésité, après avoir tout de même écouté, que la personne sur la photo «n’est pas le coupable du tir sur l’agent de la GR. C’est plutôt un escroc». Se réclamant de la Gendarmerie nationale, l’homme au bout du fil indique alors que sieur Obame Nkoro a escroqué 3.500.000 francs CFA à un couple. «Nous avons affiché sa photo à la brigade. C’était un avis à témoin pour identifier l’endroit où l’intéressé se cache, parce qu’il a pris la fuite après avoir escroqué les gens. On le recherche donc pour ça», a-t-il expliqué. Si l’on s’en tient donc à cette version, Doris Obame Nkoro n’est pas la personne ayant tiré sur le soldat de la GR.

Du côté du ministère de l’Intérieur qui a produit un communiqué officiel sur l’intensif opération  sécuritaire en cours, personne, ni les hauts fonctionnaires contactés, ni le porte-parole du département, ne se reconnaît dans le «Wanted» en circulation avec la photo d’Obame Nkoro. On devrait donc en déduire qu’un gendarme en mal d’inspiration a diffusé la photo en question en vue de se faire aider dans la traque d’un escroc. Une conférence de presse est prévue dans les prochains jours pour informer l’opinion sur ce dossier.