Les 84 milliards de francs CFA obtenus de l’emprunt obligataire sollicité en 2015 à travers la BVMAC n’ayant presque jamais été utilisés pour leur but initial, le gouvernement annonce à nouveau la réhabilitation des voiries urbaines de Libreville.

Le gouvernement annonce une nouvelle opération de réhabilitation des voiries urbaines de Libreville. © avantis-cs.com

 

A quoi ont finalement servi les 84 milliards de francs CFA récoltés par le Gabon à la suite de l’emprunt obligataire lancé par le gouvernement à la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC) en novembre 2015 ? A l’époque, Daniel Ona Ondo, alors Premier ministre, avait expliqué que cet argent était réservé à la réhabilitation des voiries de Libreville et à la réalisation de certains projets d’infrastructures. Seulement, plus de deux ans après, s’agissant des voiries de la capitale, leur état est resté le même, sinon pire par endroits. Pourtant, au ministère des Infrastructures, des Travaux publics et de l’Aménagement du territoire, l’on annonce une nouvelle opération de réhabilitation des mêmes voiries. L’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) a lancé, lundi 19 mars, un avis d’appel d’offres national à cet effet.

Financé en totalité par l’Etat gabonais, cette opération de réhabilitation des voiries urbaines de la capitale concernera les 3e, 4e et 6e arrondissement de la commune. Il s’agit précisément de l’entrée du marché municipal de Nzeng-Ayong, près du stade ; du tronçon routier échangeur de la Caisse-hôtel de la Can 2012-carrefour Betsaïda-lycée de Sibang ; et des immeubles abritant Gabon Télévision et l’ANGTI au bord de mer. Dans ce même lot (n°3), on compte également la réhabilitation des voies menant au Cabinet de groupe, au carrefour FOPI (sortie Bernabe Gabon), au carrefour Tractafric (zone industrielle Oloumi) et celle des voies carrefour Rio-Venez Voir-carrefour La Peyrie.

En 2015, pour justifier le retard dans le lancement effectif des travaux, certains, autour de Jean-Pierre Oyiba (toujours en place), avaient précisé que le décaissement des 84 milliards ne devait se faire que par tranche. C’était la règle. Plus de deux ans après, le gouvernement a-t-il reçu la totalité de la somme ? Sans nul doute…à moins que l’argent réservé pour cette nouvelle opération provienne d’autres sources.

Rappelons toutefois que les derniers travaux de réhabilitation des voiries de Libreville ont eu lieu en novembre 2015. Les difficultés des usagers ayant à nouveau surgi, beaucoup doutent de la qualité des matériaux utilisés et de la compétence de certaines entreprises retenues.