Inventeur de l’Immunorex DM28, un produit censé restaurer l’immunité des malades du Sida, le chercheur gabonais dit être victime d’une usurpation d’identité au Cameroun où, sur Facebook, un internaute commercialise en son nom le médicament.

Le Pr Donatien Mavoungou, inventeur de l’Immunorex DM28. © Youtube

 

Quelques comptes Facebook attribués au Pr Donatien Mavoungou. © Gabonreview/capture d’écran

Ces derniers mois, un certain «Docteur Donatien Mavoungou» diffuse à profusion sur Facebook des messages plutôt porteurs d’espoir pour les malades du Sida et d’autres maladies sexuellement transmissibles. S’il ne le cite jamais, ses post ne font pas moins l’éloge de l’Immunorex DM28, le produit inventé par le chercheur gabonais, censé restaurer l’immunité des malades du Sida, qu’il propose à la vente aux internautes. Problème : le véritable inventeur, actuellement au Gabon où il dirige des recherches au sein du Centre de recherches sur les pathologies hormonales, assure qu’il ne s’agit pas de lui.

«Je n’ai pas de page Facebook. Mes travaux sont présentés dans le cadre des conférences internationales, sponsorisés pour la plupart par l’Organisation mondiale de la santé et l’Onusida», a réagi le Pr Donatien Mavoungou dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

S’il n’a pas clairement identifié l’auteur de ce qu’il perçoit comme «un acte criminel», le chercheur gabonais semble pourtant certain qu’il s’agit d’un «citoyen camerounais». Aussi, dément-il dans sa vidéo : «Je ne suis pas au Cameroun. Je suis bel et bien au Gabon. Il s’agit là d’un escroc». Il ajoute par ailleurs n’avoir «jamais séjourné plus d’un mois au Cameroun», pas plus qu’il n’y vendrait son produit via Facebook.

«J’invite le gouvernement camerounais à être solidaire du Pr Mavoungou du Gabon, pour que ce réseau soit détruit car cela ne profite à personne, moins encore aux malades qu’à la réputation d’un pays fort comme le Cameroun. C’est une situation qui nous concerne tous», lance-t-il, tout en annonçant «des procédures en cours». «Je me dois de porter plainte contre l’intéressé (parce que) c’est quelqu’un qui mérite d’être arrêté, puni», indique l’inventeur de l’Immunorex DM28.