Miss Gabon 2012 (Marie Noëlle Ada Meyo) a reçu, le 5 avril, de l’Institut de beauté mixte Euphoria de Libreville, une prise en charge en soins de beauté d’un montant de 3.000.000 de francs CFA. Ce partenariat signé par Défis de femme a pour objectif de l’aider à garder la forme et à mieux représenter la valeur de la femme gabonaise, à tous les niveaux.

Marie Noëlle Ada Meyo Miss Gabon 2012

 

Ce contrat de soins esthétiques a été noué avec l’association Défis de femme, qui a pris le relai, en 2012, de l’organisation du concours de la plus belle femme gabonaise, arrêté en 2008. La convention porte sur la prise en charge des soins de beauté de Miss Gabon 2012, Marie Noëlle Ada (21 ans), pour un coût de 3 millions de francs CFA, s’étalant sur une durée de 9 mois à compter d’avril.

Durant cette période, les soins esthétiques de la reine de beauté gabonaise se feront au rythme d’une séance par mois, en option V.I.P englobant un bain de vapeur à la miss, un soin du visage, une épilation au choix, un massage relaxant mais aussi une prise en charge de la beauté des mains et des pieds, ainsi qu’un maquillage de jour et de nuit au choix.

Pour Sandra Bongo, responsable technique de l’Institut de beauté mixte Euphoria, il s’agit d’une session de rattrapage puisque la structure aurait voulu être, au moment opportun, partenaire de l’événement national qu’est l’élection de Miss Gabon.  «L’Institut de beauté mixte Euphoria se rattrape en faisant son entrée solennelle parmi les sponsors officiels de Miss Gabon», a-t-elle déclaré.

Marie Noëlle Ada, au nom de Défis de femme a renvoyé un grand «merci» à l’endroit des donateurs en espérant qu’elle promouvra de manière efficiente la valeur intrinsèque et esthétique de la femme gabonaise.

Pour rappel, Marie Noëlle Ada a été élue, en décembre dernier, face à 26 concurrentes. Son rêve est de devenir une grande vedette de la télévision, dans le rayon du journalisme. Elle a déclaré vouloir  également consacrer une bonne partie de sa vie à aider les personnes du 3e âge. Elle envisage de ce fait de construire une maison de repos pour les personnes de cette catégorie d’âge.