Le 9 septembre dernier, cela faisait un an jour pour jour que la zone économique spéciale (ZES) de Nkok avait été lancée en grandes pompes par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba. Présentée comme un tournant historique et un moment fort dans le développement du Gabon, qu’en est-il un an après ?

La maquette de la Zone économique spéciale de Nkok - © Jordan/Gabonreview.com

Le 9 septembre 2011, Ali Bongo Ondimba, accompagné d’une quantité d’opérateurs économiques internationaux, avait lancé la première partie de la ZES de Nkok. D’une surface de 1 126 hectares, elle est située à 27 kilomètres de Libreville. On promettait de ce fait que les structures de développement devraient rapidement être mises sur pied et que les premières entreprises étaient également attendues.

Fort de cela, un an après, un détour sur le chantier de Nkok permet d’avoir un aperçu des réalisations structurelles qui y ont été opérées. Pour le Directeur de la ZES,  Jasveer Singh, «La ZES de Nkok est déjà économiquement active».

Pour étayer cette déclaration, il s’appui sur les travaux qui ont été réalisés cette année. «Vous pouvez voir les routes: 15 km ont été construits dans la cadre de la phase 1, dont 12 cette année.  Ce sont des routes de 2 à 6 voies qui, additionnées, représentent 30 km de voies.», a-t-il présenté avant de relever que «C’est l’un des progrès importants que nous avons fait cette année».

Il cite par ailleurs comme autre importante réalisation l’adduction d’eau.  «Nous avons installé un réseau de canalisation d’environ 7,5 km et 3 km supplémentaires vont être achevés prochainement. Nous disposons également d’un réseau d’évacuation des eaux usées de 15 km, dont 90% sont réalisés.» Les deux réservoirs ont respectivement des capacités d’un million et de 5 millions de litres.

Enfin, en ce qui concerne l’approvisionnement en énergie, il a expliqué que 19 km de lignes haute tension (90 kW) sont opérationnels.  Pour cela, 59 sur 60 tours relais sont déjà construites. La dernière va être bientôt finie, précise-t-il.

Entrée de la Zone économique spéciale de Nkok - © Jordan/Gabonreview.comLes infrastructures telles que le bâtiment destiné au guichet unique sont construites et il ne reste que l’aménagement intérieur à finaliser. Le poste de police et le Centre de premiers soins sont complètement achevés, deux centres de formation sont achevés à 80%, tandis que l’espace de détente pour les ouvriers est déjà en fonction. «Aujourd’hui, la Zone est tout à fait prête à accueillir les clients qui souhaitent démarrer leur construction d’usine. Si vous avez besoin d’énergie pour construire, elle y est, si vous avez besoin d’eau, elle y est. Ce sont les deux éléments critiques dont vous avez besoin pour démarrer la construction», a-t-il affirmé.

La première entreprise, Résurgent Gabon, spécialisée dans la transformation du bois devrait démarrer ses activités le 5 octobre prochain. Une autre entreprise travaillant dans le même domaine et en fin de construction devrait également lancer ses activités mi-novembre.

Le coût total de l’investissement est de 240 millions de dollars, soit 120 milliards de francs CFA. Actuellement, 103 milliards de francs CFA ont déjà été investis.

La deuxième phase des travaux devrait être lancée entre mi-octobre et début novembre 2012.