À l’occasion du 30e sommet de l’Union africaine tenu du 28 au 29 janvier à Addis-Abeba, en Ethiopie, Paul Kagamé a été porté à la tête de l’organisation continentale. Élu pour une durée d’un an, le président rwandais a succède à son homologue guinéen Alpha Condé.

Le président de l’Union africaine Paul Kagamé, le 28 janvier 2018 à Addis Ababa. © AFP / SIMON MAINA

 

L’un des faits marquants du 30e sommet de l’Union africaine (UA), tenu du 28 au 29 janvier à Addis-Abeba, en Éthiopie, a été l’élection de Paul Kagamé à la présidence de l’institution africaine.

Le président rwandais a été porté par ses pairs à la tête de l’organisation continentale pour une durée de douze mois. Âgé de 60 ans, Paul Kagamé a succèdé à son homologue guinéen Alpha Conde, lors de ce sommet axé, entre autres, sur lutte contre la corruption, paix et sécurité sur le continent, notamment en Libye, en Centrafrique, au Soudan du Sud et en zone sahélienne.

Le 30e sommet de l’UA s’est également penché sur la question de la libre circulation des personnes, avec la perspective d’un passeport continental et la mise en place d’une zone de libre-échange.

Le président rwandais devrait tout au long de sa mandature œuvrer pour mener à bien toutes ces réformes, avant de passer la main quelqu’un d’autre l’année prochaine.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga