Accusé d’exceller dans la «vente de permis de conduire et de cartes grise», le leader du Syndicat des agents du ministère du Transport et de l’Aviation civile (Samtac) s’est fait recadré par ses pairs du Syndicat national de l’aviation civile et de la météorologie (Synacm) et du Syndicat national des agents de la sécurité routière (Synasr), le 27 octobre à Libreville.

Les leaders syndicaux lors d’une conférence de presse, en mai 2017, avec Guy-Franly Dizambou (micro) et, à sa droite, Clotaire Ebang Edou. © Gabonreview

 

Ecœurés par l’attitude d’un leader syndical de leur département ministériel, les responsables du Syndicat national de l’aviation civile et de la météorologie (Synacm) et du Syndicat national des agents de la sécurité routière (Synasr) ont vertement recadré Gislain Malanda, le 27 octobre à Libreville.

«Au regard de l’actualité brûlante au sein de notre ministère, eu égard à la recrudescence des actes de barbarie, d’invective et d’injure de toute nature perpétrés à l’endroit des responsables de notre administration par un certain leader syndical, président autoproclamé du Samtac, dépourvu de la légitimité, le Synacm et le Synasr ne peuvent rester dans le mutisme face à de tels dérapages ternissant l’image de notre département ministériel et des leaders syndicaux que nous sommes», ont déclaré les leaders syndicaux.

Respectivement présidents du Synacm et du Synasr, Guy-Franly Dizambou et Clotaire Ebang Edou ont invité leur ministre de tutelle à «prendre des mesures fortes à l’endroit des leaders syndicaux véreux pour que de telles déviances ne se reproduisent plus, car les temps ont changé». Les deux leaders syndicaux reprochent à Gislain Malanda, président du Syndicat des agents du ministère du Transport et de l’Aviation civile (Samtac), de s’être fait un nom dans la «vente de permis de conduire et de cartes grise».

Ces derniers n’ont pas manqué de rappeler la «dangerosité» des actions de leur collègue, faisant notamment allusion à un point presse organisé par le Samtac, le 12 mai à Libreville. Celui-ci s’est soldé par des violences physiques sur le directeur adjoint 1 du Centre des permis et ses agents. «Nous encourageons la ministre Estelle Ondo à être plus vigilante pour l’avenir, car Gislain Malanda est une personne très nuisible», a affirmé Guy-Franly Dizambou et Clotaire Ebang Edou.

Le Synacm et le Synasr n’ont pas manqué d’interpeller le ministre des Transports, sur la résolution des revendications collectives au sein de son département. Celles-ci tournent autour de la formation spécialisée et la mise en stage des agents, la prise de mesures fortes en faveur de l’amélioration des conditions de vie et de travail de l’ensemble du personnel du ministère des Transports.

Les deux syndicats ont salué les réformes autour du traitement et la délivrance des documents de transport. Notamment au niveau du permis de conduire, dont les délais de délivrance sont passés d’un an à deux semaines, dans l’optique de satisfaire au mieux les usagers. «Toute chose participant à la sécurisation et à la fiabilité du permis de conduire en République gabonaise», ont conclu Guy-Franly Dizambou et Clotaire Ebang Edou.