Le premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet prend part du 10 au 12 mai, au sommet TransformAfrica 2017 qui se tient à Kigali, au Rwanda.

La délégation gabonaise au sommet TransformAfrica à Kigali, le 10 mai 2017. © Primature-Gabon

 

Le chef du gouvernement se trouve depuis le 10 mai au Rwanda où il représente le chef de l’Etat Ali Bongo au sommet Transforme Africa 2017, du 10 au 12 mai, à Kigali.

La participation à ce sommet confirme, selon Emmanuel Issoze Ngondet, «l’engagement du Gabon en faveur d’une démocratisation des technologies de l’information propice au développement de l’entrepreneuriat digital porteur d’emplois».

Organisé sous le mot d’ordre «se connecter-innover-transformer», le sommet du Rwanda voit la participation du secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications et la directrice générale de l’Unesco.

Il résume selon ses organisateurs, «les enjeux du présent pour gagner la bataille des services et des contenus, imaginer des services publics urbains digitalisés (en 2030, 50% des Africains seront citadins) et répondre aux attentes spécifiques des femmes et des jeunes».

La délégation gabonaise conduite par le premier ministre est composée entre autres du ministre de la Communication, Alain-Claude Bilie-By-Nze, et des maires de Libreville, Port-Gentil, Owendo et Akanda, invités dans le cadre d’un forum continental des villes connectées.

En marge de ce sommet, le Premier ministre gabonais s’exprimera lors d’une table ronde de haut niveau consacrée au thème : «Du local au global : comment libérer le potentiel d’innovation de l’Afrique ?»

Créée lors de TransformAfrica 2013, à l’initiative des chefs d’Etat rwandais et gabonais, l’alliance SmartAfrica pour une Afrique connectée, regroupant une vingtaine de pays membres. Il a tenu son dernier conseil d’administration fin janvier 2017 à Addis-Abeba. SmartAfrica porte l’engagement des leaders africains à «accélérer le développement socio-économique durable et à engager l’Afrique sur la voie de l’économie du savoir, à travers l’accès abordable aux services à haut débit».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga