Le Sette Cama, plus grand bateau de la Compagnie nationale de navigation intérieure et internationale (CNNII), vient de reprendre du service après une panne l’ayant cloué à quai pendant deux ans. Une bonne nouvelle pour les Port-Gentillais qui éprouvent d’énormes difficultés pour se déplacer depuis quelque temps.

Le Sette Cama, lors de sa réparation sur une plage de Port-Gentil. © Gabonreview/Louis Mbourou

 

De nombreux badauds se sont amassés au port môle de Port-Gentil pour voir le mastodonte de la CNNII reprendre la mer. Ce bateau mixte ayant marqué la vie de plus d’un, il fait désormais partie du patrimoine de bons souvenirs de bien de personnes.

Réparations sous le regard vigilant du directeur de l’exploitation de la CNNII, Armand Dagraça ; le bateau a subi une véritable cure de jouvence (ici l’espace réservé aux passagers a été doté de sièges confortables et d’écrans plasma). Et, un moment voyage de la reprise le 9 mars dernier a été une réussite. © Gabonreview/Louis Mbourou

D’une capacité d’environ six cents places, le Sette Cama transporte également du fret. Engins lourds, véhicules, denrées alimentaires, il transporte tout et a, pour cela, été d’une grande utilité pendant plusieurs années aussi bien pour les Port-gentillais que pour les Librevillois. Passagers et commerçants ont donc accueilli avec grand enthousiasme la nouvelle de son retour.

Les réparations sur le Sette Cama auront pris moins d’une semaine. Il a fallu pour la CNNII changer les deux moteurs du bateau et les joints de la ligne d’arbre qui faisait fuir de l’huile. N’ayant pas de pont approprié pour suspendre le bateau afin d’entreprendre les réparations, Armand Dagraça, directeur de l’exploitation à la CNNII, a fait échouer le bateau sur une plage de la ville, après avoir obtenu l’autorisation de la Marine marchande. C’est donc sur la plage à proximité de la base de la Marine nationale à Port-Gentil que se sont effectués les travaux de réparation. «Ancien employé du secteur pétrolier, j’ai moi-même veillé à ce que tout se fasse dans le respect de l’environnement. Pour le protéger,  tout ce qui est déchet était immédiatement récupéré, au point où nous n’avons rien laissé dans la mer», a-t-il rassuré.

La reprise du trafic par le Sette Cama est assurément une bonne nouvelle pour la CNNII qui depuis bientôt deux mois n’avait plus de bateau rapide assurant la desserte Port-Gentil-Libreville. C’est donc une bouffée d’oxygène pour les finances de l’entreprise, pas vraiment au mieux de sa forme en ce moment. Cette expérience réussie avec peu de moyen encourage la société dirigée par Laccruche Alihanga à aller plus loin dans la remise en état d’autres bateaux. «Nous allons incessamment lancer les travaux de réparation d’Apomandé jet, un autre bateau de la CNNII qui est en panne depuis plus de deux ans», a annoncé Armand Dagraça.