Depuis quelques jours, les quartiers La Sablière, Tahiti, Narval, Kalikak et Batterie IV sont couverts par l’internet haut débit, qui devrait s’étendre à l’ensemble de la capitale voire à d’autres villes d’ici à la fin de l’année en cours.

© Gabonreview/Shutterstock

© Gabonreview/Shutterstock

 

Le directeur général de Gabon Telecom, annonçant le lancement de la FTTH, le 20 juillet 2016 à Libreville. ©Gabonreview

Le directeur général de Gabon Telecom, annonçant le lancement de la FTTH, le 20 juillet 2016 à Libreville. ©Gabonreview

Depuis quelques jours, les habitants des quartiers La Sablière, Tahiti, Narval, Kalikak et Batterie IV à Libreville ont la possibilité d’accéder à l’Internet haut débit grâce à la fibre optique. Après avoir ouvert, en 2012, cette possibilité aux entreprises, Gabon Telecom a annoncé, le 20 juillet, le lancement de la technologie «FTTH : Fiber to the home» permettant aux usagers d’avoir un débit performant et de meilleure qualité. « (FITTH c’est) une connexion illimitée, des débits cent fois plus élevés que l’ADSL, des téléchargements instantanés à partir de plusieurs terminaux à la fois et la possibilité de développer des applications à domicile, telles la vidéo-conférence, la télésurveillance ou le télétravail», a expliqué le directeur général de Gabon Telecom.

Si Gabon Telecom revendique une baisse de 93% des frais d’accès à la fibre optique, il rappelle que cette technologie nécessite d’importants investissements. D’où la réduction de son champ de couverture au lancement. Ayant annoncé une réduction de 50% des redevances mensuelles, un débit de 50 Mbps et la gratuité des frais d’installation pour les cent premiers abonnés, l’entreprise de téléphonie a promis étendre la fibre optique à d’autres quartiers voire à d’autres villes avant la fin de l’année en cours.

La fibre optique est imperméable aux aléas climatiques et ne s’oxyde pas comme le cuivre.