L’ONG SOS Tabagisme Gabon a lancé récemment la 4e édition de la caravane «Touche pas au tabac», qui vise essentiellement les élèves des établissements d’enseignement primaire et secondaire de Libreville.

Georgy Anthony Mba Nkogo, le président de SOS Tabagisme Gabon, le 9 avril à l’école publique d’Okala. © Gabonreview

 

L’ONG SOS Tabagisme Gabon va une nouvelle fois en guerre contre le tabagisme. Comme habituellement depuis quatre ans, les élèves des écoles primaires et secondaires de la capitale sont la cible principale de la caravane «Touche pas au tabac». Lancée le 9 avril à l’école publique d’Okala, dans le 1er arrondissement de Libreville, cette caravane, a expliqué Georgy Anthony Mba Nkogo, vise à «sensibiliser les apprenants sur les méfaits liés à la consommation du tabac et des drogues».

Scènes de la sensibilisation à l’école publique d’Okala. © Gabonreview

«Notre objectif, a ajouté le président de SOS Tabagisme Gabon, est de prévenir l’initiation au tabagisme chez les jeunes, sachant que 95% des fumeurs, selon l’OMS, ont commencé à l’adolescence et pour la plupart au lycée et au collège.» Pour le leader associatif, les établissements scolaires, surtout ceux de la capitale qui compte le plus de jeunes dans le pays, «semble bien indiqué pour couper le mal à la source, d’autant plus que ces dernières années les chiffres interpellent sur la nécessité de sortir de la naïveté face au tabagisme».

Rapportant les chiffres du dernier Atlas du tabac de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ONG SOS Tabagisme Gabon a informé les élèves de l’école publique d’Okala de ce qu’au Gabon, «près de 600 décès liés à la consommation du tabac ont été recensés en 2017». Pour l’organisation, qui a appelé ce mercredi 11 avril au lycée national Léon Mba le gouvernement à travailler avec la société civile sur la question, «ces décès peuvent être évités». Aussi, Georgy Anthony Mba Nkogo exhorte-t-il à user de deux leviers pour faire échec à la consommation du tabac chez les adolescents et les plus jeunes : la persuasion par la sensibilisation et la dissuasion, qu’il réserve aux autorités compétentes.

Jusqu’au 13 avril prochain, l’ONG SOS Tabagisme Gabon entretiendra les élèves de Libreville sur les méfaits de la consommation du tabac. Pour son président, il s’agira également de faire entendre leurs trois propositions au gouvernement : «l’augmentation significative du prix du paquet de cigarette, l’interdiction de la vente de cigarette par bâton chez les jeunes et les pauvres, la réduction du réseau de distribution par l’interdiction de la vente ambulante».