Résolument attachée au Gabon où elle expose ses créations pour la vingtième année consécutive, la styliste-peintre a lancé, le 9 décembre dernier à Libreville, l’exposition «Gréco 2016». Tableaux, accessoires de mode et de décoration sont à l’honneur pour cette édition.

Un mannequin paré d’accessoires de l’exposition, le 9 décembre 2016 à Libreville. © Gabonreview

 

Ancrée dans le domaine artistique depuis une vingtaine d’années, Fabienne Gréco a tenu à partager, une fois de plus, ses créations. En bonne «coloriste et amoureuse de l’Afrique et de ses couleurs», l’artiste a lancé, le 9 décembre dernier à Libreville, sa vingtième exposition baptisée «Gréco 2016».

Fabienne Gréco (au centre) échangeant avec des clients. Et quelques produits de l’exposition. © Gabonreview

Peinture et stylisme sont à l’honneur de cet événement, mettant en avant la dextérité de Fabienne Gréco avec des pinceaux, ainsi que son savoir-faire avec des matières inédites pour la confection d’accessoires de mode et décoration. En gros l’exposition se décline en deux parties : une dite artiste avec des tableaux ; et une autre dite styliste, où les accessoires de mode africaine sont à l’honneur.

«Je suis peintre et styliste. En tant que peintre, je vais présenter une soixantaine de tableaux et des lampes. Car en dehors de la peinture, je fais pas mal de lampes et de décoration», a expliqué l’artiste. «Juste à côté, il y a donc la partie «Waxme Gabon», qui est un atelier d’accessoires en tissus africains : wax, raphia, etc. Soit des accessoires de mode pour dames et des accessoires de décoration», a-t-elle ajouté.

L’occasion pour Fabienne Gréco de revenir sur le travail réalisé en amont. «Pour la partie peinture, je travaille absolument toute seule. Tous les tableaux et lampes ici exposés sont faits par moi uniquement», a révélé l’artiste-peintre. Pour l’autre partie de son travail par contre, Waxme, la créatrice est assistée par une équipe très restreinte.

A travers cette exposition, l’objectif de Fabienne Gréco est de continuer à faire vivre l’art africain. «Car je suis foncièrement africaine dans l’âme : ça fait 44 ans que je vis au Gabon. Je suis gabonaise, je revendique ma nationalité car j’aime ce pays du plus profond de mon cœur», a-t-elle lancé. Pour elle, il s’agit également de mettre en avant le mixage culturel dont elle est le produit. D’autant que sa passion la comble de joie. «Cette passion que j’ai pour l’art me rend heureuse», a-t-elle insisté.

Par ailleurs, la styliste-peintre prévoit d’autres projets à l’issue de ces 10 jours d’exposition. Notamment le marché de noël avec des artisanes gabonaises. «Ça va s’ouvrir dans très peu de temps sur le bord de mer. Ça c’est pour la partie stylisme, Waxme Gabon», a-t-elle expliqué.

Pour ce qui est des tableaux, par contre, Fabienne Gréco entend prendre une pause à l’issue de l’exposition en cours. «Parce que du point de vue inspiration, il faut que je fasse un petit break pour me décontracter et me ressourcer. Car monter une exposition de cette envergure nécessite beaucoup de travail et de responsabilité», a-t-elle lancé, invitant le public à venir découvrir massivement ses œuvres.