Le ministre de l’Économie a reçu le 26 septembre la délégation de la Banque mondiale, dans le cadre du lancement du projet de développement des statistiques au Gabon.

La délégation de la Banque mondiale conduite par Abdoullali Beidou chez le ministre de l’Économie, Jean Marie Ogandaga. © D.R

 

Une délégation de la Banque mondiale conduite par Abdoullali Beidou a échangé le 26 septembre 2018, avec le ministre en charge de l’Économie, Jean Marie Ogandaga, sur les contours du projet de développement des statistiques au Gabon.

Il s’agissait pour la délégation de la Banque mondiale de mieux apprécier les axes du projet du gouvernement pour améliorer la production des statistiques et les pratiques dans la diffusion des données. «Nous avons une ambition. Disposer des statistiques fiables, exploitables, avoir la clé du pouvoir de décision car, aucun pays au monde ne peut se développer sans les statistiques fiables», a déclaré le ministre, affirmant l’obligation pour le pays de disposer de cet outil.

Inscrit dans le cadre de l’exécution du prêt d’un montant équivalant à 50 millions de dollars alloués au Gabon par la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), ce projet de développement des statistiques au Gabon comporte quatre composantes : la réforme du dispositif du suivi conjoncturel, la modélisation macroéconomique, la conception et le développement d’un système d’information et la planification de l’élaboration d’un modèle d’impact des politiques fiscales.

Outre ces différentes variantes, le Gabon, ambitionne de se doter d’un institut de statistique de référence continentale. «Le Gabon aspire être une référence dans la sous-région, à disposer d’outils, dont un institut national de la statistique. La Banque mondiale est prête à accompagner le gouvernement dans ce sens-là pour permettre de disposer non seulement de cet outil qui permettra de créer des bases de données, des archives nationales et régionales de référence en matière de disponibilité d’information», a confié Abdoullali Beidou.