Satisfaits des premières réformes engagées ces derniers mois par le gouvernement, le Fonds monétaire international (FMI) a validé hier le décaissement de la deuxième tranche de l’appui budgétaire accordé au Gabon, d’un montant de 100 millions de dollars.

© D.R.

 

100,2 millions de dollars. C’est l’enveloppe dont doit bénéficier le Gabon de la part du FMI dans les prochains jours. L’institution monétaire a validé le mercredi 1er août le décaissement de cette somme censée permettre au pays de relancer son économie, alors qu’il subit depuis 2014 les contrecoups de la crise de l’industrie pétrolière mondiale.

La validation de ce décaissement intervient dans le cadre du prêt accordé au Gabon en juin 2017 au titre du mécanisme élargi de crédits (MEDC) du FMI, d’un montant global de 642 millions de dollars (plus de 361 milliards de francs CFA) sur trois ans. Avec la tranche accordée mercredi, rappelle l’AFP, ce sont jusqu’ici 300,7 millions de dollars (près de 169 milliards de francs CFA) qui ont été versés au Gabon.

Si le FMI a décidé de valider le décaissement de la deuxième tranche du prêt accordé au Gabon, c’est parce que «les conditions macro-économiques s’améliorent lentement» dans le pays. David Lipton, le numéro 2 du FMI, estime toutefois que «la reprise demeure fragile». Au même titre que le Fonds juge que la performance du programme des réformes décidées avec son soutien «a été mitigée», il invite Libreville à «améliorer la transparence et l’utilisation des fonds publics», rapporte le site de La Voix de l’Amérique.