Développée par deux Gabonais, cette application sera dévoilée courant septembre à Libreville. Plateforme web-mobile de renseignement et de paiement en ligne, l’interface regroupe les rubriques «Education», «Transport-Voyage», «Commercial», «Annuaire», «Santé» et «Juridique».

Alexis Mbadinga et Doris Kombi (droite), les deux co-fondateurs de l’application «Bwedi», le 4 septembre 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Surfant sur la démocratisation des services de paiement en ligne, deux jeunes Gabonais vont lancer courant septembre une application dédiée : «Bouedi». Développée localement par Alexis Mbadinga et Doris Kombi, il s’agit d’une plateforme web-mobile de renseignement et de paiement en ligne axé sur six rubriques : «Education», «Transport-Voyage», «Commercial», «Annuaire», «Santé» et «Juridique».

Aperçu de l’espace en ligne sur ordinateurs (captures d’écran). © Gabonreview

Si l’application est déjà disponible, elle devrait officiellement être présentée au courant de cette semaine. «Il suffit de se rendre sur www.bwedi.com, où un lien de téléchargement sera proposé pour smartphones (Android et IOS) et ordinateurs», a confié Alexis Mbadinga, co-fondateur de l’application. En attendant le lancement effectif de l’application, seules les rubriques «Education» et «Santé» sont effectivement opérationnelles.

A travers leur interface, les créateurs de «Bwedi» entendent ainsi apporter des réponses à certaines préoccupations actuelles. «En matière d’éducation, nous nous sommes rendus compte que c’est généralement en classe de terminale que les élèves commencent sérieusement à réfléchir sur leur avenir, notamment», a souligné Alexis Mbadinga.

«Nous apportons ainsi certaines réponses à cette préoccupation car notre application renferme des informations sur la quasi-totalité des établissements d’enseignement supérieur du pays. Il suffit donc d’avoir l’application, s’inscrire en ligne et vous pourrez avoir toutes les informations sur les différentes offres de formation. A l’instar de l’Université Omar Bongo disposant sur notre application, d’un lien de site Internet», a-t-il ajouté.

En effet, le partenariat avec l’UOB est un «partenariat de redirection», l’université ayant son propre site Internet. «Dans le même sens, nous avons aussi des partenariats avec des universités à l’étranger, à l’instar de l’Italie. Et nous travaillons pour densifier les destinations étrangères des étudiants et futurs étudiants», a indiqué Doris Kombi.

Ces «facilités» sont aussi offertes dans le volet santé. «Avec notre application, l’utilisateur pourra désormais rester chez lui et prendre rendez-vous avec un médecin exerçant dans un hôpital ou une clinique figurant dans notre base de données. Après paiement des frais relatifs, votre rendez-vous est automatiquement calé. Nous apportons juste les dernières retouches à l’interface de paiement. Sinon, tout est déjà prêt pour prendre des rendez-vous», a relevé Doris Kombi.

Bien évidemment, ces services ont un coût, à raison 2000 francs CFA par utilisateur pour un abonnement annuel. «La souscription à l’application donne droit à un code d’accès. Et celui-ci vous donne droit à un code numérique vous permettant de vous faire identifier par les services sollicités», a indiqué Alexis Mbadinga. Selon lui, l’ensemble des rubriques sera disponible courant septembre.

A l’instar des rubriques santé et éducation, les créateurs de l’application travaillent sur des partenariats dans les autres rubriques. Dans le volet «Commercial», notamment, l’utilisateur de l’application pourra par exemple, consulter depuis chez lui le panel de produits en promotion, faire des achats et aller simplement les récupérer. Ou encore souscrire à un abonnement auprès d’un prestataire de livraison.

Alexis Mbadinga et Doris Kombi ont par ailleurs assuré que des dispositions sont prises en matière de sécurisation des paiements en ligne. «Nous travaillons avec Digitech Africa qui est actuellement la plateforme de paiement en ligne regroupant tous les opérateurs de téléphonie mobile et de paiement en ligne. C’est pour offrir une meilleure sécurité à nos utilisateurs et pour leur offrir un service de qualité», ont-ils conclu.