L’Institut français du Gabon (IFG) accueille du 20 au 25 mars la semaine de la langue française et de la Francophonie. Une conférence de presse organisée ce jeudi 16 mars à Libreville a révélé les détails du programme de cette troisième édition.

L’art oral français sera à l’honneur du 20 au 25 mars 2017 à l’IFG. © Gabonreview

 

Pendant cinq jours, l’identité francophone sera magnifiée à travers des activités pédagogiques, artistiques et littéraires. Dans le cadre de cette célébration, un chronogramme de manifestations est prévu pour donner à cette troisième édition un retentissement particulier.

Les articulations de cette semaine ont été livrées à la presse ce 16 mars à l’IFG. Bénédicte Deschamps, la directrice de l’IFG, entourée de Boubacar Noumansana, le représentant régional de la Francophonie, et Marine Fort, la chargée de mission culturelle, a rappelé les axes qui devront constituer le programme : l’axe pédagogie, débat d’idées et culture.

Dans le premier axe, plusieurs concours sont inscrits, dont celui de la Francophonie, avec une participation gratuite et couronnée d’une remise de prix. De même, un concours d’épellation destiné aux classes de CM1 et CM2 associera à la fête les plus jeunes. Le concours d’orthographe parrainé par Justine Mintsa, sera une opportunité pour les élèves de quatre lycées de Libreville de s’affronter autour d’une dictée.

Le débat d’idées, second axe, va enregistrer le français en mode web. Il constitue le temps fort de cet axe, notamment avec l’opération «Dis-moi dix mots» où dix mots provenant du jargon numérique sont mis à l’honneur. Des mots comme «avatar, canular, émoticône, favori (te), hébergeur, nuage, pirate et télésnobber» figurent dans la liste. Toujours dans le même cadre, un café philosophique renseignera sur la révolution numérique. Et pour la boucle de cet axe, un club de lecture avec de nouveaux modes d’écriture à l’intention des amateurs des lettres, les nouveaux usages du français dans le cadre du numérique.

Le volet culturel, dernier axe, offrira un spectacle autour de l’expression orale gabonaise. Un collectif de conteurs africains est attendu pour ce récital. Engong-dispargum, un slameur diseur de Mvett, sera de la partie, avant que la coupe nationale de slam ne fasse tomber les rideaux sur cette édition.

On retient toutefois qu’une plage cinéma sera au programme avec quatre projections : trois films et un documentaire. Une exposition de l’artiste plasticien saotoméen, autodidacte, Olavo Amado va meubler les couloirs de l’IFG. Ses œuvres inspirées d’extraits de poèmes en français, justifient sa présence le long de cette semaine.

Auteur : Alain Mouanda