Les responsables du département eau de la Société d’énergie et d’eau du Gabon ont effectué le 31 juillet, une visite sur les installations de Ntoum pour apprécier la baisse du niveau d’eau des rivières Mbè, Assango Nzémé, Saza et Meba.

Baisse du niveau d’eau dans les rivières exploitées par la SEEG. © D.R.

 

La baisse du niveau d’eau des rivières exploitées par la SEEG est au rendez-vous en cette période de saison sèche, impactant ainsi la production de la société, estimée actuellement à 20.000 mètres cubes/J, soit à peu près 10% de baisse. Pour faire face à cette contrainte et parvenir efficacement à réduire au maximum les désagréments dans l’approvisionnement en eau potable dans plusieurs quartiers de Libreville, «toutes les équipes d’intervention sont mobilisées et travaillent quotidiennement à améliorer la situation dans ce contexte de manque d’eau», a assuré le directeur Eau Estuaire, Philippe Nlome, le 31 juillet, à l’occasion d’une visite de presse.

En termes de stratégie, la SEEG a opté pour un plan d’alternance temporaire qui s’étendra jusqu’à la fin de la période d’étiage et permettra aux différentes zones impactées par ce phénomène saisonnier d’être ravitaillée en eau potable par intermittence. «La Seeg procède à des manœuvres de vannes sur le réseau suivant un programme établit par ses équipes techniques. Cette opération consiste à alterner la distribution d’eau dans les quartiers en manque d’eau».

En outre, la SEEG intensifie ses actions de recherche de fuites et de réparation de canalisations. Elle invite les populations à signaler toutes fuites constatées sur les voies publiques, bornes-fontaines publiques, etc. au numéro vert 85 86 allo fuites.

Par ailleurs, «la SEEG appelle sa clientèle à un usage raisonnable de l’eau et à lutter contre le gaspillage de la ressource pour permettre un approvisionnement maximum aux habitants. La même vigilance est recommandée au niveau des installations intérieures, en veillant aux fuites d’eau provenant des toilettes, robinets, douches et autres», a exhorté Philippe Nlome.