A la suite de la rupture de la convention liant l’Etat gabonais au Groupe Veolia, le Syndicat national des travailleurs du secteur eau et électricité (Syntee+) salue «une décision patriotique» qui, espère-t-il, vient mettre fin à un mode de gestion, dont seuls les expatriés tiraient le plus d’avantages.

Des employés de la SEEG saluent la «décision patriotique» du gouvernement. © D.R.

 

Serait-ce la fin du deux poids deux mesures à la Société d’énergie et d’eau du Gabon après que l’Etat gabonais ait décidé, vendredi 16 février, de rompre le contrat qui le liait depuis plus de 20 ans au Groupe Veolia ? Les salariés de la SEEG, les nationaux en l’occurrence, espèrent que oui. Ces dernières années, ils avaient le sentiment d’être moins appréciés et moins bien traités que les expatriés exerçant dans la même boîte qu’eux. Aussi, certains saluent-ils la décision des autorités.

Le Ministre de l’Eau et de l’Energie a échangé, lundi 19 février, avec les partenaires sociaux de la SEEG. © Gabonreview

«C’est une décision patriotique qui vient clore les nombreuses remises en cause de la qualité de la gestion, tant pour nos outils de production que pour les hommes par le partenaire qu’était Veolia», a jugé, sur Gabon 1ère, René Mbeguet Malat, accusant l’ancienne direction générale de la SEEG d’avoir souvent fait preuve de «beaucoup de mauvaise fois» et de «déni» lors de leurs derniers échanges.

Selon le porte-parole du Syntee+, au sein de la SEEG, une nette différence était établie entre les nationaux et les expatriés. «Nous avions une gestion quasiment bicéphale, en termes de gestion des hommes. On avait une gestion des ressources (humaines) pour les expatriés et une autre pour les compatriotes gabonais. En plus de ces deux gestions, nous avions également une grande disparité en termes d’avantages», a expliqué René Mbeguet Malat, avant d’assurer le gouvernement de son soutien après sa «décision salutaire».

L’Organe directionnel délégué transitoire mis en place le week-end écoulé et officiellement installé ce lundi 19 février est composé de six membres, tous nationaux.