Au terme du premier tour de la présidentielle validant la victoire du candidat du parti du Premier ministre, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Les résultats ont été annulés et les voix recomptées.

Electeurs dans les rues de São Tome pendant la campagne pour le premier tour. © D.R

Electeurs dans les rues de São Tome pendant la campagne pour le premier tour. © D.R

 

São Tomé-et-Principe traverse une phase trouble de son histoire. L’élection du 17 juillet dernier semble avoir créé des frictions, au point que la Commission électorale qui avait, dans un premier temps, validé l’élection d’Evaristo Carvalho, le candidat de l’ADI, parti du Premier ministre Patrice Trovoada, est revenue sur sa décision. Elle l’a justifié par une «modification de ces résultats provisoires», liée à la réception en différé des procès-verbaux des bureaux de vote de la diaspora (Portugal, Angola, Gabon et Guinée-Équatoriale), ainsi que d’un vote en décalé dans une localité de l’archipel.

Dans cet imbroglio, Manuel Pinto da Costa et Maria das Neves, arrivés respectivement deuxième et troisième, avaient immédiatement formulé un recours conjoint devant le Tribunal constitutionnel. Leur mémorandum énumérait une série d’irrégularités intervenues la veille et le jour du scrutin. Le directeur de campagne de Maria das Neves déclarait alors que ces élections «n’ont été ni libres, ni justes, ni transparentes», parlant d’une «manipulation des résultats». Manuel Pinto da Costa évoquait, quant à lui, l’«existence de graves irrégularités dans le processus de dépouillement des résultats», demandant que «la situation soit bien éclaircie» et critiquant le rôle des médias publics qui auraient donné «priorité au candidat du parti du pouvoir».

Tout ce remue-ménage a fini par conduire à une redistribution des points. Au final «aucun candidat n’a réussi à obtenir plus de la moitié des voix valablement exprimées». Ce qui conduit inéluctablement vers un second tour. Le 26 juillet dernier, la Commission électorale communiquait les résultats définitifs du premier tour, confirmés par le Tribunal constitutionnel, qui a, entretemps, rejeté le recours conjoint de Manuel Pinto da Costa et de Maria das Neves.

Evaristo Carvalho (ADI) a obtenu 34 522 voix, soit 49,88 % des suffrages, et non 50,1 % comme initialement annoncé ; Manuel Pinto da Costa (président sortant, sans étiquette) : 17 188 voix, soit 24,83 % ; Maria das Neves (MLSTP) : 16 828 voix, soit 24,31 % ; Manuel do Rosário : 478 voix, soit 0,69 % ; Helder Barros : 194 voix, soit 0,28 % ; Votes blancs : 641, soit 0,90 % ; Votes nuls : 1 673, soit 2,34 %.