Le deuxième adjoint au maire de Libreville a réceptionné, le 16 novembre, le tronçon Terre Nouvelle-PK7 financé par le gouvernement gabonais, avec l’appui de la Banque mondiale.

Les travaux de pavage et d’assainissement des voiries priorités de la capitale gabonaise, (Terre Nouvelle-PK7) réceptionnés par le deuxième adjoint au maire de Libreville, Christian Ngoua. © Gabonreview

 

Initialement prévue pour le 22 novembre 2017, la livraison provisoire du tronçon routier Terre Nouvelle-PK7 a eu lieu le 16 novembre 2018. Cette route qui débouche en amont sur la voie express d’Awendjé et en aval sur celle du PK5-PK12, va décloisonner cette partie du troisième arrondissement.

Financés à hauteur de 1 249 848 604 francs CFA, les travaux de cet axe concernent l’ensemble des dispositifs et mobiliers urbains apposés sur la chaussée. Il s’agit pour l’essentiel du remblai, la pose des pavés, la construction des différentes canalisations, passages piétons, barrières et plots de cheminement autour des commerces et des habitations.

© Gabonreview

«Nous sommes aux côtés de la mairie aujourd’hui pour réceptionner de façon provisoire les travaux des voiries réalisés dans le quartier «Terre Nouvelle-PK7». Nous sommes très satisfaits des travaux. Les riverains également en sont satisfaits. Nous espérons que les travaux de la deuxième tranche vont commencer bientôt de façon à pouvoir terminer ce tronçon», a déclaré Alice Ouédraogo, la représentante de la Banque mondiale.

S’il a invité la Banque mondiale à appuyer davantage le gouvernement, le 2e adjoint au maire de Libreville a appelé la population à prendre soin de ces infrastructures. «Aujourd’hui l’état impraticable de cette voie est désormais un vieux souvenir. Nous appelons la population sur ce linéaire à maintenir ces ouvrages en l’état pour que nous ne soyons pas obligés de revenir à chaque fois sur ce qui a déjà été fait. Il y a beaucoup à faire, il y a d’autres chantiers qui attendent», a déclaré Christian Ngoua.

Selon le secrétaire permanent de la CNTIPPEE, Michel Auguste Busamba, la réalisation de ce projet a favorisé la création d’emplois pour les populations locales, le renforcement de l’expertise locale sur les techniques de pavage, et surtout le désenclavement des quartiers de cette partie de Libreville.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la réalisation de la deuxième phase du Projet de développement des infrastructures locales (PDIL2), financé par le gouvernement avec l’appui de la Banque mondiale. Il est exécuté dans le cadre du programme de Travaux d’intérêt public pour la promotion de l’entrepreneuriat et de l’emploi (TIPPEE).