Dans une publicité parue dans le quotidien L’Union, vendredi 12 janvier, la filiale gabonaise du constructeur automobile japonais Toyota s’est subtilement moquée de l’état des routes dans le pays.

Détails de la publicité de Toyota Gabon. © L’Union

 

Détails de la publicité de Toyota Gabon. © L’Union

Toyota Gabon aurait-elle des reproches à adresser au gouvernement gabonais au sujet de la qualité des infrastructures routières du pays ? La publicité parue dans la quatrième de couverture du quotidien L’Union, vendredi 12 janvier, laisse penser que oui. La filiale gabonaise du constructeur automobile japonais a semblé se moquer de l’Etat des routes du Gabon en décrétant : «Acheter un véhicule Toyota Gabon = Acheter une Toyota adaptée aux routes du pays». Une façon de préserver et d’orienter ses potentiels clients.

Dans sa publicité, la société dont l’objectif est d’offrir la «qualité supérieure» à ses clients a pris le soin d’insérer le panneau de signalisation A2a, prévenant les usagers des cassis et des dos-d’âne, caractéristiques des routes du Gabon. Mieux, à travers la bande dessinée signée Jeff Ikapi, qui accompagne sa publicité, Toyota Gabon a laissé entendre que la qualité des routes est si mauvaises au Gabon qu’elle endommage forcément «les suspensions» des voitures, y compris pour les véhicules «neufs» et «faits pour des conditions extrêmes». Et si le constructeur automobile n’avait pas tort ?