La Banque africaine de développement (Bad) a accordé, mardi 28 novembre, un prêt de plus de 64 milliards de francs CFA au Gabon pour le financement de son agriculture.

Le programme Graine a bénéficié d’un prêt de plus de 64 milliards de francs CFA de la Bad. © D.R.

 

Yves Fernand Mamfoumbi (à gauche) et Akinwumi Adesina, le président de la Bad, le 28 novembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. © D.R.

Le projet Graine (Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés) devrait connaître une nouvelle accélération dans les prochains mois. Présenté comme l’une des réalisations les plus importantes du premier mandat d’Ali Bongo, entrant dans le cadre de la diversification de l’économie gabonaise, ce projet vient de bénéficier d’un coup de pouce de la Bad. Le conseil d’administration de l’institution bancaire africaine lui a accordé un prêt de 98,541 millions d’euros, soit 64,6 milliards de francs CFA, informe, ce mardi 28 novembre, le ministère de l’Agriculture.

Cet argent, précise le ministère, se justifie par la volonté de la Bad de «renouer avec l’agriculture gabonaise après 20 ans». «Ce prêt permettra de soutenir et d’accélérer le programme Graine, en contribuant notamment au financement des infrastructures sociales et agricoles nécessaires à la promotion des coopératives et de l’entreprenariat agricoles des jeunes et des femmes, des actions de formation, d’organisation et de professionnalisation des bénéficiaires, les «agripreneurs»».

Dans l’équipe dirigée par Yves Fernand Mamfoumbi, on veut croire que l’appui financier accordé au secteur agricole gabonais, est la preuve de la confiance de la Bad dans le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) et le Plan de relance économique (PRE) adopté il y a quelques mois par le gouvernement. Deux projets qui, selon le ministère de l’Agriculture, répondent aux exigences de la Banque.