Le ministère de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat national a lancé le 2 juillet à Libreville, la formation de 300 jeunes gabonais retenus par le programme Compétition et accompagnement pour entreprendre (Cape), dans le cadre du Projet pour le développement des compétences et de l’employabilité (Prodece).

Les jeunes sortis du système scolaire recevant les premières formations dans le cadre du Cape, le 2 juillet 2018, au Centre de formation professionnelle de Nkembo. © Gabonreview

 

Financé par la Banque mondiale et mis en œuvre avec l’appui technique de l’Agence nationale de promotion des investissements du Gabon (ANPI-Gabon), le programme Cape a débuté par un master class, le 3 juin dernier, sur les objectifs du programme et les avantages d’une carrière dans l’entrepreneuriat. Ce 2 Juillet, il s’est poursuivi avec une phase destinée à la formation d’un premier groupe de 100 jeunes, durant 5 jours.

Les travaux se déroulent simultanément au Centre de formation et de perfectionnement professionnel de Nkembo et dans celui de Basile Ondimba. La formation de ce premier groupe sera suivie de la formation de 200 autres jeunes supplémentaires, la semaine prochaine. «Ce programme vise à promouvoir l’entrepreneuriat auprès de deux publics cibles: les déscolarisés, les peu scolarisés, les non-scolarisés, les jeunes sortis du système scolaire et les jeunes diplômés de l’enseignement technique, de l’enseignement général et professionnel», a expliqué le chef de projet Concours plans d’affaires, Dr Christian Nzengue Pegnet.

© Gabonreview

Pour cette première cuvée, cinq modules seront abordés durant la semaine. Ils portent sur : «Comment trouver une idée de projet ? Comment créer son entreprise? Comment gérer son entreprise? L’élaboration du Business plan ou le plan d’affaires et L’esprit d’entreprendre».

Au terme de cette première formation de 300 jeunes, la moitié, soit 150, sera coachée à travers des incubateurs pendant deux mois. Ce qui leur permettrait de formaliser leurs projets. Viendra la phase de rencontres avec des banquiers. Ces derniers examineront la faisabilité de ces projets. Les projets seront ensuite défendus devant un jury d’experts composé de banquiers, de partenaires au développement, de partenaires techniques.

«A terme, sur ces 300 qui commencent la formation, 23 seront primés et verront leurs projets financés. Une fois le financement obtenu, ils seront accompagnés pendant 12 mois par des incubateurs pour la mise en œuvre de leurs projets. Parce que comme nous le savons, les expériences anciennes et malheureuses nous ont montré que le financement c’est bien, mais l’accompagnement est souvent mieux. Il permet de s’assurer de l’utilisation efficiente des fonds, mais également de pouvoir soutenir ces jeunes», a soutenu le chef de projet.

D’ici à 2021 en effet, le programme devrait former et promouvoir 2000 jeunes. Il est destiné aux jeunes âgés de 16 à 34 ans et la participation des jeunes femmes est fortement recommandée, ainsi que celles des personnes vivant avec un handicap.