Excédés par les retards de paiement de leurs salaires, les agents de La Poste ont déclenché un mouvement d’humeur, le 5 décembre à Libreville. Les grévistes souhaitent également le départ de leur P-DG, qu’ils disent atteint par la «limite d’âge».

© echosdunord.com

 

Rien ne va plus à La Poste SA où les agents viennent de déclencher une nouvelle grève. Ces derniers exigent l’arrêt d’une échéance pour le paiement de leurs salaires de novembre et décembre 2017, et du 13e mois. Les agents souhaitent également le départ de l’actuel Président directeur général (P-DG) de La Poste.

«Nous revendiquons le fait que le président-directeur général de La poste est atteint par la limite d’âge. Et nous nous référons au fait que le gouvernement a décidé que les personnes atteintes par la limite d’âge, doivent automatiquement arrêter leurs activités», a affirmé le porte-parole du Syndicat national des agents de la Poste (Synapostel), relayé par L’Union du 7 décembre.

«L’autre aspect est le fait que nous ne sommes pas payés à la date échue (…) Nous sommes payés tous les 60, 80 ou 90 jours. Cette fois, nous disons non. Nos salaires de novembre et décembre 2017 doivent être versés au plus tard le 20 de ce mois», a expliqué Jacques Ikapi. Les grévistes réclament également une bonification censée être versée depuis 2015. «A ce jour nous n’avons rien reçu et exigeons le paiement de cette subvention avant 2018», a déclaré le porte-parole.

Pas sûr cependant que La Poste réponde à ces exigences, comme l’a signifié l’inspecteur coordinateur de la société publique. «La Poste, aujourd’hui, n’a plus les moyens financiers de payer les salaires», a déclaré Jean Christophe Makanga. «C’est l’Etat par le biais du Trésor, qui règle cette question depuis plus de deux ans. Sur cet aspect, la direction générale n’a pas les moyens nécessaires pour accéder à leurs revendications», a-t-il ajouté.

La masse salariale mensuelle de cette entreprise est évaluée à 800 millions de francs, quand les recettes n’atteignent que 200 millions par mois. Vu les soucis de trésorerie de l’Etat actuellement, les agents de La Poste peuvent se faire du souci. Dans l’attente d’un dénouement de ce mouvement d’humeur, les agents ont souligné que les guichets de La Poste SA sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Le service minimum est cependant observé.

Porté à la tête de la structure en octobre 2015, Michaël Adandé peine à remplir les missions qui lui ont été confiées. Notamment, stabiliser la situation, arrêter la saignée, revoir le plan stratégique, sécuriser les épargnants et amener la PosteBank à fonctionner comme une banque.