Selon un communiqué émanant du ministère de l’Intérieur, une fourgonnette de la police, stationnée devant la base vie de l’Etat-major des Polices d’intervention (Empi) de Port-Gentil, a subi un incendie aux environs de 4 heures du matin, dans la nuit du 26 au 27 juillet 2017.

La fourgonnette de la police détruit par l’incendie dans la nuit du 26 au 27 juillet 2017 à Port-Gentil. © Ministère l’Interieur

 

Des armes calcinées. © ministère l’Intérieur

Relayée d’abord sur les réseaux sociaux, l’information de l’incendie d’un véhicule de la police à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon, a été rapidement confirmée le 27 juillet, par les services de communication du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Selon le communiqué, «dans la nuit du 26 au 27 juillet 2017, aux environs de 4 heures du matin, un incendie avec explosion s’est déclaré à bord du véhicule fourgonnette de police de marque Iveco immatriculé 30.187 stationné».

Le véhicule avait à son bord un fusil Famas et divers matériel de protection et de maintien de l’ordre. «Tout ce matériel a été consumé par les flammes et le véhicule calciné», précise le ministère, soulignant par ailleurs que les sapeurs-pompiers, arrivés promptement sur les lieux, ont réussi à circonscrire le feu pour qu’il ne se propage pas dans le bâtiment.

Les premières investigations menées sur le site révèlent qu’ «il a été observé un départ d’incendie sur une porte et de l’essence répandue à même le sol aux côtés des objets plastiques ayant fondu. Derrière le bâtiment, l’on a constaté la présence inhabituelle d’un pneu de camion aspergé d’essence et trois matelas adossés à une porte, un bidon de 5 litres vide de son contenu d’essence dans le bac à ordures».

Si le procureur de la République a été saisi et une enquête a été ouverte, ces premiers éléments de l’enquête divulgués par le ministère de l’Intérieur sur son compte Facebok laissent perplexe, au regard du caractère «protégé» du site.