Prévu les 14 et 15 décembre, le congrès ordinaire devant procéder au renouvellement des organes du syndicat national des employés du pétrole (Onep) a été reporté faute de listes de candidatures.

Le siège de l’Onep à Port-Gentil. © afriquemidi.com

 

Les employeurs et le gouvernement qui ne semblent pas apprécier le jusqu’au boutisme de l’actuel bureau national de l’Onep doivent prendre leur mal en patience. Car ils devront composer, pendant sept mois encore, avec l’équipe conduite par Sylvain Mayabi Binet. En effet, le congrès qui devait voir le renouvellement du bureau national ne peut plus se tenir aux dates indiquées, les 14 et 15 décembre. L’événement a été reporté pour janvier 2018.

Selon l’Onep, l’appel à candidatures lancé il y a quelques mois en vue du renouvellement des organes du syndicat n’a pas été fructueux. Pas une seule liste pour le bureau national ou la commission de contrôle. Le bureau provincial de l’Ogooué- Maritime non plus n’a enregistré de prétendant. L’unique liste reçue dans le cadre du bureau provincial de l’Estuaire a été invalidée, car non conforme. Un manque d’engouement qui surprend plus d’un.

Il sied de rappeler que le syndicat du secteur pétrolier a été un moment secoué par une crise interne. Quelques adhérents, après la défection de certains membres du bureau, ont appelé ce dernier à organiser un congrès extraordinaire afin de procéder au renouvellement de cet organe. La bataille a même connu un épilogue judiciaire. Le bureau national en place a dû résister à cette secousse considérée comme une instrumentalisation d’un groupe d’adhérents par des politiques qui voulaient prendre le contrôle du syndicat.

Devant l’absence de candidatures, l’actuel bureau n’avait d’autre choix que de renvoyer la date du congrès, afin d’«accorder plus de temps de réflexion et de décision à tous les adhérents actifs susceptibles de s’engager à conduire l’Onep pour les quatre prochaines années».

Par ailleurs, les difficultés financières que connait en ce moment l’Onep ne permettent plus l’accès aux privilèges. Dans ces conditions, peu sont enclin à se mettre au service des autres, laisse-t-on entendre dans les couloirs du siège du syndicat. Une chose est sûre, une unanimité se dégage autour de ce report qui permet au syndicat du secteur pétrolier de lancer un autre appel à candidatures pour le renouvellement de ses organes.