Une semaine après le lancement de la 3e édition de l’Opération Albacore, les autorités gabonaises annoncent l’arraisonnement de deux chalutiers battant pavillon équato-guinéen et péchant illégalement dans les eaux gabonaises.

Des patrouilleurs de l’ONG Sea Sherpherd et de la Marine gabonaise en phase d’arraisonnement d’un bateau (archives). © Sea Shepherd Global

 

Lancée le 29 juin dernier au port d’Owendo, l’Opération Albacore 3 a déjà fait ses premières victimes. Hier, deux chalutiers battant pavillon équato-guinéen ont été arraisonnés à Cocobeach par les patrouilleurs de la Marine gabonaise soutenus par des membres de l’ONG Sea Shepherd partenaire de l’Etat gabonais dans la surveillance en mer, pour lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).

Selon les éléments de la police des pêches, les deux chalutiers pêchaient dans les eaux gabonaises sans titre légal. Et bien qu’arborant le drapeau de la Guinée équatoriale, la majorité de l’équipage, du moins les principaux responsables, était de nationalité chinoise.

«Depuis deux jours, nous étions sur leurs traces. On les suivait grâce à notre écran radar. Et lorsqu’on a constaté qu’ils sont rentrés au Gabon, nous avons déclenché l’opération d’arraisonnement», raconte Ange Marie Ngobou, chef de brigade de pêche à Cocobeach.

Rendue sur place, Chantal Loupdy a assuré que les droits des pêcheurs illégaux seront respectés. Toutefois, la ministre de la Pêche et de la Mer dit avoir ouvert «un contentieux» avec les propriétaires des deux chalutiers.