Afin de faciliter l’inscription de biens situés sur le continent sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, une session de renforcement des capacités sur les procédures et les modalités de formulation des dossiers se tient, du 5 au 16 octobre courant, au Mali.

Canyon dans le Parc national des Plateaux Batékés au Gabon, classable au patrimoine mondial de l’Unesco ? © panoramio.com

Canyon dans le Parc national des Plateaux Batékés au Gabon, classable au patrimoine mondial de l’Unesco ? © panoramio.com

 

Le long et difficile parcours pour espérer voir un bien culturel, naturel ou mixte intégrer la liste du patrimoine mondial de l’Unesco nécessite le respect des normes et procédures. Conscient de cette complexité, le Gabon prend part, aux côtés du Tchad, du Burkina Faso, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Bénin, de Mauritanie et du Mali, à un atelier consacré à la préparation des dossiers d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Organisée par le Fonds pour le patrimoine mondial africain (FPMA) et l’École du patrimoine africain (EPA), cette séance dédiée aux pays francophones d’Afrique regroupe, à Ségou, les gestionnaires de sites du patrimoine culturel. Elle vise à renforcer les capacités des professionnels africains à conduire le processus d’inscription sur la liste du patrimoine mondial et améliorer la qualité des projets d’inscription de biens africains en vue de leur reconnaissance au niveau mondial. «Malgré de multiples efforts, les pays africains restent faiblement représentés sur cette liste du fait, principalement, d’une absence d’expertise ou d’assistance technique en matière de préparation des dossiers d’inscription», reconnaissent les organisateurs.

La délégation gabonaise devrait maximiser au cours de cette initiative, pour parfaire ses intentions d’inscription portant sur l’ensemble des biens inventoriés dans sa liste indicative. À l’exception de l’ «Ecosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda», seul bien classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le Gabon ambitionne d’inscrire l’écosystème et paysage culturel pygmée du massif de Minkébé, le parc national de l’Ivindo, le parc national des Plateaux Batéké, le parc national Moukalaba-Doudou, le parc national des Monts Birougou, les grottes de Lastourville, l’ancien hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné, sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

La liste du patrimoine mondial compte 1 031 biens. Seulement 89 sont situés en Afrique. Ce constat alarmant a conduit le FPMA à financer ce programme, avec l’appui du ministère des Affaires étrangères de Norvège, en partenariat avec l’École du patrimoine africain (EPA), le ministère de la Culture, l’Artisanat et du Tourisme du Mali et le Centre du patrimoine mondial de l’Unesco.