Après le grand show de Patience Dabany affectueusement appelé «La Mama» donné le 2 novembre 2012 au Zénith de Paris avec les membres de sa locomotive, qui ont effectués le déplacement de la ville parisienne pour accompagner la diva de la chanson gabonaise, l’heure est actuellement à l’inquiétude au sein du staff organisationnel de cette grande soirée organisée du côté de l’hexagone.

Patience Dabany au Z&nith à Paris, le 2 novembre 2012 - © gabonews.com

Patience Dabany au Zénith à Paris, le 2 novembre 2012 – © gabonews.com

Selon le dessinateur gabonais Patrick Essono, alias Pahé, la chanteuse Patience Dabany, aurait déclaré sur le plateau de l’émission ça se passe ici, diffusée le 9 novembre dernier sur la chaîne de télévision, Téléafrica, que cinq des jeunes qu’elle a amené pour son concert live du Zénith auraient fugué à quelques heures du retour sur Libreville avec les autres membres de sa locomotive qui l’accompagnaient.

«En allant au Zénith faire son show, elle s’est tuée bec et ongles pour avoir des visas, une tonne de visas au consulat de France pour tous ses enfants. Et dire qu’elle avait juré aux diplomates français que toutes les brebis seraient de retour au pays. Et boum patatras, 5 brebis se sont égarées, volontairement à Paname, refusant de monter dans sa locomotive», a déclaré le dessinateur sur sa page officiel facebook.com, avant d’ajouter que «les djazé boys sont malins, ils ont attendu que leurs passeports confisqués leurs soient rendus à l’aéroport, lors de l’enregistrement, avant l’embarquement pour aller voir ailleurs si leur Maman y est».

Il faut dire que la locomotive de la Mama est rentrée sans cinq de ses wagons qui ont saisi ce qui, pour eux, s’apparentait à une opportunité de s’essayer en Europe, avec toutes les difficultés que l’on essuie au consulat de France au Gabon quand il s’agit de solliciter un visa pour ce pays. Une histoire qui laisse penser que, pendant que les autres se donnaient à fond sur le podium du zénith pour livrer le meilleur d’eux à travers des play-back, les cinq «Djazzeurs» ficelaient leur fuite pour éviter d’essuyer un échec.

Selon Pahé, il leur est demandé de rentrer au Gabon, “car en France il y a beaucoup d’escrocs et ils peuvent prendre des coups de couteaux”, il y a la galère en France, dixit Joséphine. Leurs billets retour sont disponibles à l’ambassade. Pour conclure, elle ajoute tout de même «une maman doit savoir pardonner, je pardonne !»

Au nombre de 82 personnes au départ de Libreville le 30 octobre dernier, le reste de la locomotive a quant à lui regagner le bercail. Parmi ces invités on compte les artistes Amandine, Arielle T, Franck Ba’ponga, Bénédicte Andeme, Diane Amédée, le groupe DBS, Kifra-L, Latcho, Lauriane Ekondo, Mathis Mabaka, le groupe Mouyanga, Omar Defunzu mais aussi Régis Massimba, Ericson.