L’agence s’est vue doter de six nouveaux aéronefs qui lui permettront de renforcer son programme de surveillance aérienne des parcs nationaux.

© D.R.

 

Fruit d’un partenariat avec l’Union européenne, une nouvelle dotation d’aéronefs a atterri dans l’escarcelle de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).  Soit six avions de surveillance équipés de technologies de dernière génération, qui permettront l’ANPN de renforcer son programme de surveillance aérienne des parcs, confrontés à l’action sauvage des braconniers.

Cette dotation coïncide avec la deuxième phase du Programme d’appui à la gouvernance sectorielle (Pagos), lancée en juillet 2015. «Ce matériel permettra de mettre en pratique les protocoles de survol, d’améliorer la qualité de la collecte de données et d’augmenter la sécurité dans les avions. Tout comme il va aussi répondre aux exigences de sécurité, d’aviation, de communication/réception d’informations et de collecte de données», a-t-on détaillé au Pagos.

Ce matériel permettra ainsi d’appuyer l’ANPN dans ses missions de conservation de la biodiversité, de valorisation touristique et scientifique des parcs nationaux gabonais et de protection de l’intégrité écologique des aires protégées dont elle a la responsabilité. Avec ces avions, l’ANPN compte désormais sur un parc à la hauteur de ses ambitions et de ses missions. Car,  jusqu’ici, sa flotte n’était composée que d’un avion appartenant à Wildlife conservation society (WCS).

Et pour donner encore plus d’envergure à cette flotte, les responsables du Pagos ont annoncé la remise à niveau de plusieurs autres avions de surveillance, de l’ancien parc de l’ANPN. Ainsi, un avion de type Skyranger Nyndjas, actuellement en réparation à Libreville, et un autre, de type Piper Apache en préparation aux Etats-Unis, viendront bientôt garnir la flotte de l’agence.

Soit de belles perspectives pour l’ANPN, qui pourra désormais survoler les zones les plus touchées par les actes de braconnage. D’autant que les prochains jours, elle pourrait se voir confier la gestion des nouveaux parcs marins dont la création a été annoncée en novembre 2016.