L’Agence nationale de la préservation de la nature (ANPN) va bénéficier de l’appui de l’Union européenne (UE) à hauteur d’un million d’euros, conformément aux termes de deux conventions signées le 5 juillet à Libreville.

Poignée entre Helmut Kulitz (à gauche) et Lee White après la signature des conventions, le 5 juillet 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

L’Agence nationale de la préservation de la nature (ANPN) et l’Union européenne (UE) ont signé, le 5 juillet à Libreville, deux conventions de partenariat d’appui à l’aménagement et au fonctionnement des parcs nationaux de Mayumba, la Lopé et Waka. Ce partenariat s’inscrit en effet dans le cadre de la sixième phase du Programme des écosystèmes forestiers de l’Afrique centrale (Ecofac 6).

«Cette subvention renforcera la gestion durable des parcs nationaux de la Lopé, Waka et Mayumba, afin d’atteindre les objectifs du programme», a ainsi déclaré secrétaire exécutif de l’ANPN. «Je remercie l’UE pour ce soutien aux efforts de préservation des ressources naturelles au Gabon», a poursuivi Lee White. En effet, plusieurs objectifs sont poursuivis par ce programme. Celui-ci permettra d’abord d’améliorer la gouvernance des ressources naturelles et la gestion durable des aires protégées.

Les ministres de l’Economie forestière et de l’Economie présents à la cérémonie. Puis un moment de la signature des conventions, avant la photo des officiels. © Gabonreview

Il contribuera ensuite à une économie verte de développement économique durable et inclusif. Ce programme permettra enfin de contribuer à la lutte contre le changement climatique. Si les conventions signées s’élèvent à un million d’euros (près de 556 millions de francs CFA) sur la période juillet-décembre 2017, la contribution globale de l’UE au fonctionnement de l’ANPN s’élèvera à 7 millions d’euros (près de 4,6 milliards de francs CFA). Le tout sous la forme de dons non remboursables sur la période allant de juillet 2017 à décembre 2020.

Pour le chef de la délégation de l’UE, «ces subventions au fonctionnement de l’ANPN reflètent notre souhait de nous adapter le plus possible aux procédures nationales, pour ainsi favoriser l’harmonisation de notre aide au sein d’une gestion opérationnelle et des ressources coordonnée et dirigée par l’ANPN».

«Nous sommes convaincus que cette collaboration pourra encourager le Gabon à renforcer davantage ses activités de protection de la nature et gestion d’aires protégées, ainsi que la lutte anti-braconnage et le combat contre l’exploitation illégale de bois dans la région, problématiques complexes et qui affectent la sécurité de la région», a ajouté Helmut Kulitz.

Le programme Ecofac 6 découle des engagements pris par les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) de préserver et gérer durablement les écosystèmes. A terme, la mise en œuvre de ce programme doit ainsi contribuer au développement économique et social des parcs concernés par cet appui. Notamment à travers l’émergence de projets d’écotourisme, d’agriculture durable et de valorisation des produits forestiers non ligneux.