A l’issue d’un contrat paraphé le 21 février dernier, BW Energy Gabon a acquis 25% des parts de Panoro Energy sur le permis Dussafu, portant ainsi sa participation à 91,67% sur ce site offshore.

© cla-val.com

 

Au cœur d’un long processus de passation entre opérateurs, le permis offshore Dussafu, ancienne propriété de Panoro Energy, a finalement été cédé à BW Energy Gabon. En effet, deux mois après avoir paraphé avec BW Energy, un protocole d’accord de cession de 25% de ses parts sur ce permis offshore, la compagnie pétrolière norvégienne a annoncé, le 21 février dernier, la signature d’un contrat définitif à cet effet.

Selon les termes du contrat, Panoro qui détenait 33,33% de participations sur le permis en cèdera 25% à BW Energy, contre un montant équivalent à 12 millions de dollars (près de 7,5 milliards de dollars). L’entreprise a fait savoir qu’elle a reçu en espèce 11 millions (près de 7 milliards de dollars), après la signature du document et que le million restant lui sera versé au plus tard le 30 décembre 2017.

BW Energy détient désormais 91,67% de Dussafu et en est l’opérateur majeur, tandis que Panoro contrôle les 8,33% restants. «Panoro est ravi de la signature de ce contrat et est très enthousiaste à l’idée de recevoir BW Energy Gabon comme partenaire pour créer de la valeur ajoutée à nos actionnaires», a déclaré le directoire de Panoro Energy.

Toutefois, la signature de l’accord entre les deux parties est soumise à l’approbation du gouvernement gabonais. Celle-ci devrait intervenir avant la fin de l’année, selon des sources proches du dossier. BW Energy Gabon a également acheté la totalité des participations de Harvest Natural sur Dussafu. Cette transaction attend aussi de recevoir l’approbation du gouvernement gabonais.

Par ailleurs, Panoro a laissé entendre qu’elle bénéficiera d’un prêt de 12,5 millions (près de 8 milliards de francs CFA) à un taux d’intérêt annuel de 7,5% pour financer toutes les dépenses, jusqu’au lancement de la production sur le périmètre, en 2018. De sources concordantes, le total des dépenses en immobilisations sur le périmètre est évalué à 150 millions de dollars (plus de 93 milliards de francs CFA).