Entièrement gratuite, ouverte et accessible à tous, l’«Ecole 241» ouvre ses portes bientôt à Libreville, pour former les jeunes gabonais en développement web et au métier de référent digital.

© yiteretech.com

 

© D.R.

Initiée par l’incubateur Ogooué Labs et son partenaire Simplon, avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’ambassade de France au Gabon qui la cofinancent, l’«Ecole 241» devrait bientôt ouvrir ses portes à Libreville. Il s’agit d’une formation gratuite longue de 7 mois, qui entend faire de chacun des participants, soit un développeur web soit un référent digital.

Ouverte aux amateurs du numérique désirant exercer «les métiers de demain», la formation est dédiée aux jeunes à partir de 18 ans. Les inscriptions sont ouvertes depuis le 10 août et devraient courir jusqu’au 31 août prochain. Les organisateurs ne manquent pas d’encourager les jeunes femmes et les handicapés à s’inscrire à cette formation. «Notre objectif est d’atteindre la parité homme-femme, et avoir un taux de participation de 20% des handicapés», précise un membre de l’incubateur Ogooué Labs.

Selon Sylvère Boussamba, patron d’Ogooué Labs, l’«Ecole 241» formera une nouvelle génération de développeurs et d’élites dans le domaine du numérique. L’ambition est de former 80 professionnels chaque année. «La formation sera intensive et très strictes. Si les élèves ne suivent pas, ils laisseront la place à d’autres», préviennent les organisateurs qui indiquent que leur méthode d’enseignement s’inspirera des plus grandes écoles du numérique, la pédagogie inversée, qui implique «un fonctionnement participatif qui permet aux étudiants de libérer toute leur créativité grâce à l’apprentissage par projets». L’objectif est de «faire du numérique un véritable levier d’inclusion et révéler des talents parmi des publics peu représentés dans le secteur, Notamment, des jeunes en situation de décrochage , des personnes vivants avec un handicap, les jeunes diplômés en besoin de reconversion ou de perfectionnement et les femmes».