Surfant sur une production record de 4 millions de tonnes en 2017, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a réalisé au cours de cet exercice, un résultat net résultat net de 106 milliards de francs CFA. Ou encore, un chiffre d’affaires de 634,5 milliards de francs CFA contre 360 milliards en 2016.

Ruffin Martial Moussavou lors de l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, le 21 juin 2018 à Moanda. © Gabonreview

 

Réuni le 21 juin à Moanda, le 2017 le conseil d’administration de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a examiné l’activité courante et les projets de développement de la société en 2017. Cette réunion a notamment fait ressortir un résultat net de 106 milliards de francs CFA, contre sept milliards en 2016. Une performance qui s’est accompagnée d’une maîtrise des coûts de production dans un marché favorable et des niveaux de prix du minerai élevé toute l’année.

Vue des actionnaires. Et Hervé Montegu face à la presse. © Gabonreview

Le résultat d’exploitation s’est établi à 282 milliards de francs CFA en 2017, contre 81 milliards l’année d’avant. Le conseil d’administration a relevé un chiffre d’affaires de 634,5 milliards de francs CFA en 2017. Soit une hausse de 76% par rapport à 2016, où le chiffre d’affaires était de 360 milliards de francs CFA. Une augmentation également perceptible au niveau de la production, avec un record de 4,078 millions de tonnes de minerai et aggloméré contre 3,4 millions en 2016. Soit une hausse de 19% par rapport à 2016.

 «Les bons résultats de l’année 2017 doivent participer à relever les défis qui sont les nôtres. A savoir, la réussite du projet Comilog 2020. Ce projet industriel est déterminant pour l’avenir de l’entreprise», a affirmé le Président du conseil d’administration (PCA) de Comilog. «A travers ce projet, c’est la transformation de l’entreprise qui va s’amorcer à tous les niveaux. Cela signifie que toutes les énergies doivent être mobilisées pour sa réussite», a souligné Ruffin Martial Moussavou.

Ce dernier a également émis le vœu de la mise en place, le plus rapidement, d’«une vraie plateforme de discussions avec l’Etat gabonais pour la mise en conformité progressive de notre convention minière avec les dispositions générales du Code minier gabonais en vigueur, dans le respect du principe d’équilibre des intérêts de tous les actionnaires».

Lancé en 2017, le projet Comilog 2020 vise à documenter les perspectives d’évolution du système de production de la compagnie minière par l’augmentation de ses ventes annuelles au-delà de 4 millions de tonnes, compte tenu de l’évolution du gisement, du contexte commercial et concurrentiel. Pour l’administrateur directeur général de Comilog, ce projet s’inscrit comme un moyen d’augmenter très rapidement la production de la compagnie, de manière significative. Et le faire dans les conditions d’exploitation possible.

 «Il y a un axe très important dans l’évolution de Comilog, qui va démarrer dès maintenant : la transformation numérique ou digitale. On veut s’arrimer aux meilleures pratiques en matière de traitement de l’information, de transmissions de données et de captures des connaissances. De façon à avoir une mine extrêmement active, flexible et efficace. Nous avons une base très solide pour se lancer dans cette aventure : le savoir-faire des équipes et un très bon gisement», a souligné Hervé Montegu.

Le conseil d’administration a été suivi de l’assemblée générale ordinaire des actionnaires. Une réunion au cours de laquelle l’assemblée a notamment décidé du versement des dividendes aux actionnaires à hauteur de 106 milliards de francs CFA. Le dernier versement des dividendes remonte à l’exercice 2012.