L’Organisation non gouvernementale Brainforest vient de signifier au ministre des Mines son désaccord sur le projet de normalisation du cyanure, dans le secteur aurifère au Gabon.

Le cyanure d’hydrogène. © rainbow8.free.fr

 

L’ONG Brainforest a décidé de faire échouer le projet en cours d’examen à l’Agence gabonaise de normalisation, pour la régularisation de l’usage du cyanure, dans les opérations aurifères au Gabon.

Dans une correspondance adressée au ministre des Mines, le 22 juin, le secrétaire général de Brainforest, Marc Ona Essangui, a déploré le fait que la rédaction d’une norme de cyanuration, dans le secteur minier, soit en cours d’exécution auprès de l’Agence gabonaise de normalisation, sans qu’aucune autre variante (sans cyanure) n’ait été envisagée et présentée pour analyse comparative.

«Monsieur le ministre, nous ne pouvons faire fi des affections environnementales que ferait courir une telle entreprise», a-t-il assuré, suggérant la suspension de ce projet et la mise en place d’un nouveau cadre de réflexion. Celui-ci doit donner la primauté à la variante sans cyanure dans le processus d’exploitation aurifère au Gabon.

Le cyanure d’hydrogène est un composé chimique extrêmement toxique. Il se trouve également à l’état naturel dans certains végétaux. Il peut se présenter sous une forme liquide et incolore, ou gazeuse et extrêmement inflammable. Toute inhalation ou ingestion, tout contact avec la peau provoque une intoxication, avec possibilité d’effets mortels en quelques minutes par anoxie.