Le coordinateur des programmes de l’ONG IRDC Africa s’est une nouvelle fois pris au ministre des Sports, qu’il juge responsable de la débâcle, samedi 14 mai, de l’équipe cadette des Panthères du Gabon, et du désamour des populations vis-à-vis d’Ali Bongo.

Hervé Omva Ovono, le coordinateur des programmes de l’ONG IRDC Africa. © D.R.

 

Et rebelote ! Hervé Omva Ovono a une nouvelle fois écrit à Nicole Assélé, le ministre en charge des Sports. Le coordinateur des programmes de l’ONG Initiatives développement recherche conseils (IRDC Africa) lui reproche encore d’être à l’origine de la débâcle de l’équipe nationale de football. Après la défaite des Panthères cadettes contre le Syli national de Guinée (1-5), il juge «gravement minable» la prestation personnelle du membre du gouvernement, qu’il dit ne pas être à la hauteur des responsabilités qui lui ont été confiées il y a plusieurs mois. «Madame Nicole Assélé, je vous invite très sincèrement à vous remettre en question, si bien sûr vous le pouvez, ce qui m’étonnerait pour une personne qui connaît tout. Alors je vous facilite la tâche. Démissionnez de vous-même et laissez cette place à un autre gabonais qui comprend mieux que vous la vision du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba», lit-on dans sa dernière lettre, publiée intégralement, lundi 15 mai, par le site gabon-infos.com.

Pour Hervé Omva Ovono qui s’est présenté à la ministre comme un «Gabonais [qui] aime (son) pays» et qui défend son engagement au côté d’Ali Bongo, «le peuple gabonais mérite mieux». Aussi, invite-t-il le membre du gouvernement à ne pas confondre la gestion d’un ministère à son ancienne fédération de handball. D’autant que, depuis qu’elle est en place, il dit ne rien avoir constaté comme avancée ou amélioration. Mieux, il doute du véritable intérêt accordé par Nicole Assélé au Gabon. «Madame Nicole Assélé, je suis avec attention vos différentes actions depuis des années déjà et aujourd’hui encore, je me pose la question de savoir si vous aimez ce pays ? Ce pays vous a tout donné. Oui, ce pays vous a permis de grandir avec une cuillère en or à la bouche. Oui, ce pays vous a permis d’obtenir vos diplômes et même quand vous ne l’avez pas mériter. Aujourd’hui encore ce même pays fait de vous un ministre et vous avez un ministère très important et stratégique qui a pour mission de faire naître l’esprit citoyen au sein de la jeunesse qui représente plus de 45% de la population active.»

Convaincu de ce que la ministre des Sports a une part de responsabilité dans l’«humiliation» du 14 mai, le responsable de l’IRDC Africa, juge qu’elle met également à mal la cohésion nationale. «Au moment où le peuple gabonais cherche un équilibre, je pense que la réussite de notre équipe (nationale de football cadette) peut être un outil capable de nous unir afin de retrouver notre vivre ensemble. Mais je constate simplement que la recherche de notre vivre ensemble n’est pas votre tasse de thé. Madame Nicole Assélé, qu’elle lecture faites-vous du refus et de l’acharnement de milliers de Gabonais par rapport à la victoire de mon président à la dernière présidentielle ?», s’interroge-t-il, bien qu’assurant que son adresse n’a rien de politique. Difficile d’y croire.

N’empêche, concluant sa lettre, Hervé Omva Ovono qui s’attend déjà à de nouvelles «menaces» de la part de la ministre en guise de réaction, a tenu à rappeler : «Nous ne sommes pas une dictature madame ! Nous sommes un pays démocratique ou l’expression libre existe, et cette expression qui nous a été si durement acquise me permet d’interpeller la personne publique que vous êtes, je m’adresse au ministre des sports en vous invitant à libérer ce poste.»