Estimant ne pas être comptable de la situation de crise ayant conduit à la récente annonce des mesures d’austérité, la confédération syndicale Dynamique unitaire appelle ce vendredi 29 juin les travailleurs gabonais à riposter face aux initiatives prévues par le gouvernement.

Face aux mesures d’austérité annoncées, Dynamique unitaire pourrait déclencher plusieurs mouvements de grèves. © D.R.

 

Jean Rémy Yama (au centre), le 29 juin 2018, à Libreville. © D.R.

Dynamique unitaire n’entend pas laisser entrer en application les mesures d’austérité annoncées par le gouvernement. La confédération syndicale appelle ce vendredi les travailleurs gabonais issus de tous les secteurs d’activités «à la réaction et à la riposte». Elle indique que «toutes les actions qui paraissent nécessaires par les agents de l’Etat, doivent être entreprises, quel qu’en soit le prix, pour mettre fin à ces mesure».

«N’acceptons pas d’être des victimes expiatoires de cette austérité imposée. Nous ne sommes pas comptables de la déviance gouvernementale et de la malgouvernance criminelle. Si nous demeurons passifs, le gouvernement fera pire», prévient Jean Rémy Yama, annonçant «l’ère du sursaut national et définitif».

Le président de Dynamique unitaire croit par ailleurs savoir que c’est «le FMI (qui) a imposé ces mesures d’austérité aux dirigeants gabonais, du fait des détournements des deniers publics».

«Le plan de nos dirigeants, met-il en garde, est d’imposer l’austérité aux agents de l’Etat, et de garder leurs privilèges en l’état. Ce n’est pas aux innocents que nous sommes de faire les frais de leur cleptomanie. Notre réaction doit être à la hauteur du supplice subi.»

Pour préparer les fonctionnaires et contractuels de l’Etat à réagir contre ces mesures d’austérité, Dynamique unitaire annonce pour le 11 juillet prochain une «grande assemblée générale» au stade de la cité d’Awendjé dans le 4e arrondissement de Libreville.