A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la radio, le 13 février, le gouvernement a reconnu la nécessité de donner un nouveau souffle aux radios gabonaises, caractérisées par de grosses lacunes techniques.

Une vue des conférenciers à la célébration de la journée mondiale de la Radio, Libreville le 13 février 2017. © Gabonreview

 

Placée sous le thème «La Radio c’est vous», la sixième édition de la journée mondiale de la radio a été célébrée ce 13 février au Gabon. Responsables de stations radios et professionnels se sont ainsi retrouvés à Libreville, dans le cadre de cet événement, placé sous l’égide l’organisation des nations unies pour l’éducation la science et la culture (Unesco).

Vue de quelques stands. © D.R.

A cette occasion, le secrétaire général du ministère de la Communication a dressé l’état des lieux de la radio gabonaise, en général, très en retrait des Technologies de l’information et de la communication (Tic). «La réalité des enjeux technologiques n’est pas présente sur nos radios», a déploré Clarisse Ditona. «Il y a un besoin d’arrimer celles-ci au numérique en vue d’un transfert dynamique de l’information», a-t-elle lancé, s’adressant aux professionnels de la radio.

Un appel entendu par le représentant des médias à cette journée, conscient du «rôle joué par ce média particulier». Hass Nziengui a cependant révélé au grand jour les énormes difficultés financières des radios locales pour, quelque peu, justifier ces carences technologiques. «Un effort considérable est fait par les responsables de radios, malgré les moyens modiques dont ils disposent», a-t-il souligné.

Dans tous les cas, radios locales et gouvernement pourront toujours compter sur l’accompagnement de l’Unesco, dont le représentant du bureau sous-régional a réaffirmé la disponibilité de son organisme. «L’Unesco reste disponible à apporter son soutien au niveau national et international pour une meilleur éclosion de chaines de radios au Gabon», a déclaré Fazzino Vincenzo.

Cette journée a été marquée par la visite de stands érigés pour l’occasion, et l’installation d’un bureau de la journée mondiale de la radio. Constitué de Jean Félix Koumba Ibinga, Anaclet Ndong Ngoua, Félicienne Nyondo et de Crépin Nganga, ce bureau a animé une conférence débat sur le thème «La radio à l’heure du numérique».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga