En 2017, le groupe pétrolier français revendique un chiffre d’affaires en hausse de 14% par rapport à l’année précédente, malgré une baisse de la production d’huile au Gabon sur la même période.

Maurel & Prom annonce un chiffre d’affaires en hausse de 14% en 2017. © Mandjiinfos.com

 

Le chiffre d’affaires consolidé de Maurel & Prom pour l’année 2017 s’élève à 400 millions de dollars. Le groupe enregistre donc une progression de 14% par rapport à l’exercice de 2016 (351 millions de dollars).

Selon le groupe pétrolier français, l’augmentation de son chiffre d’affaires résulte de la forte progression des prix du pétrole en 2017, en dépit d’une baisse de la production d’huile au Gabon sur la période. En effet, si la production opérée d’huile dans le pays s’établit à 24 144 barils par jour au 4e trimestre 2017, qui correspond à une baisse de 8% par rapport au trimestre précédent, le prix de vente moyen, lui, s’élève à 53 $/b sur l’exercice 2017 contre 42,7 $/b sur l’exercice 2016 soit une augmentation de 24 %.

«Cette baisse s’explique notamment par l’installation d’un système de génération électrique autonome visant à réduire les coûts opératoires, dont la mise en service a occasionné des arrêts de production ayant un impact estimé à environ 860 b/j au cours du T4 2017», explique Maurel & Prom dans un communiqué publié lundi 5 février.

Dans le même communiqué, le Groupe annonce ses projets pour l’année 2018 au Gabon. Sa filiale gabonaise envisage, en effet, de reprendre l’ensemble de ses activités de forage, au cours du premier semestre 2018 pour le forage de 11 puits de développement et 3 side-track, et au cours du second semestre 2018 pour le forage des premiers puits d’exploration sur les permis de Kari et de Nyanga-Mayombé. Ce programme, explique Maurel & Prom, permettra de pallier la déplétion des champs sur le permis Ezanga, résultant de l’interruption de son programme de développement pendant près de trois ans, en raison de la chute des prix du pétrole.

En Tanzanie, où opère également Maurel & Prom, c’est la demande en gaz qui a enregistré une augmentation, à laquelle le Groupe a répondu par une augmentation significative de la production de gaz dès le 2e semestre 2017. En année pleine, la production moyenne s’élève à 49,1 Mpc/j à 100%, soit une hausse de 14% par rapport à l’année précédente. Cette demande en gaz, liée à la consommation industrielle de gaz à Dar Es Salam, devrait poursuivre sa progression au cours de l’année 2018.