La Confédération africaine de handball (CAHB) a exprimé sa satisfaction, le 4 novembre à Libreville, au sujet de l’organisation de la 23e édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de handball sénior hommes 2018.

Le président de la CAHB, Mansourou Aremou, le 4 novembre 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

A l’issue de son séjour à Libreville, du 3 au 4 novembre, la délégation de la Confédération africaine de handball (CAHB) a dressé son bilan.

Un séjour satisfaisant, à en croire le président de la CAHB. «Nous quittons Libreville très satisfaits», a déclaré Mansourou Aremou.

«J’ai eu le privilège de conduire cette délégation ayant commencé le travail 24 heures plus tôt. Aujourd’hui (le 4 novembre, ndlr), après la visite du Palais des Sports et la cérémonie du tirage au sort, il était important de se retrouver et tenter de faire une synthèse de tous les points participant à une organisation efficiente de l’événement», a-t-il expliqué.

Les officiels face à la presse. François Epouta pendant son intervention. Et la photo de famille CAHB-Cocan. © Gabonreview

En effet, cette visite des membres de la CAHB s’est achevée par une séance de travail avec les membres du Comité d’organisation de la Can (Cocan) de handball. «De par son expérience acquise à travers l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football, nous sommes convaincus qu’aucune difficulté ne saurait être surmontée par le Comité d’organisation de la Can (Cocan)», a souligné Mansourou Aremou.

La délégation a mis à profit sa visite pour donner au Cocan, des éléments de travail spécifique au handball. Objectif : permettre à l’organisation de travailler de façon convenable. «Nous quittons Libreville très satisfaits. Car, nous laissons dernière nous une équipe dynamique, conduite par le président Epouta, qui saura répondre aux attentes des férus du handball», a assuré le président de la CAHB.

Le Cocan s’est réjoui de cette séance de travail avec les membres de la CAHB. «Nous avons eu l’avantage d’avoir toute l’équipe avec nous, pour poser le maximum de questions, présenter ce qui a été fait à ce jour et dire où nous en sommes», a indiqué le président du Cocan. François Epouta a du reste assuré que les préparatifs allaient bon train.

«Nous sommes dans l’organisation de l’événement et nous avons bien évolué. Nous mettons en place toutes les équipes et nous pensons qu’avec tout ce que nous avons eu comme informations, tout ira bien. Nous sommes bien avancés dans notre travail et nous pensons que toutes les forces en présence vont se conjuguer pour une réussite de l’événement», a conclu François Epouta.