Organisée dans le cadre de la coopération UE-Gabon et de la célébration de «2018, année européenne du Patrimoine culturel», la formation inclusive en management culturel pour le renforcement du dialogue interculturel et sa contribution à l’économie a pris fin le 18 mai 2018, à l’Institut français du Gabon, avec la remise d’attestation aux participants de cette rencontre.

Photo de famille des participants et des initiateurs de la formation en management culturel. © Gabonreview

 

Offerte par l’Union européenne à 60 acteurs issus de plusieurs filières artistiques (musique, danse, théâtre, photographie), la formation inclusive en management culturel pour le renforcement du dialogue interculturel et sa contribution à l’économie, s’est achevée le 18 mai dernier, en présence du ministre de l’Industrie et de l’Entreprenariat national, Caremen Ndaot.

© Gabonreview

Pendant près de soixante-douze heures et sous l’encadrement de Philippe Jupin, un professionnel de la culture, du spectacle et de la communication, les bénéficiaires se sont familiarisés avec les outils de la gestion des arts et de la culture, permettant de rendre viables les productions des filières artistiques, de promouvoir la diversité et le dialogue entre les cultures et de mettre en lumière la contribution du secteur culture dans l’économie du pays.

 «Il s’agissait pour nous, à travers les formations théoriques et pratiques, d’offrir à nos acteurs des outils permettant en tant qu’acteur culturel de s’insérer et contribuer à l’économie du pays. C’est en se côtoyant et dans l’échange du dialogue entre les filières que les artistes peuvent se développer et constituer une force pour la dynamique économique du pays», a déclaré l’ambassadeur, chef de délégation de l´Union européenne au Gabon, Helmut Kulitz.

Admettant la nécessité d’encadrer et sensibiliser les créateurs des œuvres de l’esprit, à  développer leurs activités afin de parvenir à faire face à un écosystème en pleine mutation et contribuer efficacement à l’économie nationale, la ministre de l’Industrie et de l’Entreprenariat national a invité les bénéficiaires de la formation à préserver la flamme née de cette rencontre, à l’attiser et à entretenir les réseautages créés à cette occasion.

«Vous savez c’est très difficile de se professionnaliser, mais c’est votre motivation, votre persévérance et votre cohésion qui fait que de telle chose arrive à se produire aujourd’hui. Il faut continuer à faire grandir votre potentiel», a-t-elle conseillé, invitant par la même occasion l’Union européenne à poursuivre dans cette dynamique de soutien et d’aide à la formation. «Le Gabon a besoin de bénéficier d’autant d’opportunités (d’assistance technique, de coaching, de valorisation et de renforcement de capacités) pour développer son industrie culturelle et la rendre viable».

«Au terme de cette formation, nous avons compris qu’à travers notre passion pour l’art, nous pouvons en faire une profession. Nous avons reçu des rudiments et des outils pour y parvenir. Il ne nous reste plus qu’à les mettre en pratique», a témoigné l’artiste danseur Michael Anicet.

A l’issue de cette formation, un spectacle de restitution intitulé «Fusion 5» sera offert au grand public dans la soirée du 18 mai. Il s’agira de parvenir à faire  cohabiter la diversité culturelle, en veillant à la préservation et la durabilité du patrimoine culturel.