Les discussions autour du préalable inséré dans le préavis de grève déposé par le syndicat ont été fructueuses, la direction générale de Knock Allan ayant accepté de relever de ses fonctions l’actuel directeur des ressources humaines.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Le bureau national de l’Onep, après le dépôt d’un préavis de grève à Knock Allan, vient de s’offrir le scalp du directeur des ressources humaines de cette société. © Gabonreview/Mbourou

Société de services pétroliers dont le siège est à Port-Gentil, Knock Allan Pte Ltd Gabon Branch a échappé à une grève dont le préavis, déposé le 13 octobre, arrivait à expiration le 19 du même mois. C’est le dernier jour que l’Inspecteur spécial chargé du secteur pétrolier, Davy Thome Mboumba, a réuni les parties en conflit, l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) et la direction générale de Knock Allan Pte Ltd. Objet du meeting dans la salle des réunions de l’entreprise : organiser une conciliation sur le préalable contenu dans le cahier de charges, avant d’engager les négociations sur les points de droit. Ce préalable concernait la décharge du directeur des ressources humaines de son poste et de toutes les tâches liées au traitement des salaires et à la gestion des rotations du personnel.

Ayant le souci du maintien de l’outil de production, les dirigeants de Knock Allan ont accédé à la revendication de l’Onep. Ainsi, le directeur général en personne a annoncé «le recrutement d’une personne chargée de toutes les tâches liées au traitement des salaires, effectifs depuis le 18 octobre 2017» et «le recrutement d’un nouveau directeur des ressources humaines». Toutes choses ayant été consignées dans le procès-verbal d’étape signé par les parties le 20 octobre 2017. Le secrétaire général de l’Onep a pour sa part insisté sur le fait que le poste doit revenir à un Gabonais, conformément à la législation en vigueur.