A l’issue du dépouillement des bulletins de vote le 6 octobre, la population de Ndjolé a incendié, dans la nuit du 8 au 9 octobre, la marie de la localité en signe de protestation contre une supposée fraude.

La mairie de Ndjolé après l’incendie survenu dans la nuit du 8 au 9 octobre 2018. © D.R.

 

Vraisemblablement, les scrutins jumelés des législatives et des locales ne sont pas forcément bien déroulés dans tout le pays. En témoigne cet incendie de la marie de Ndjolé, dans la province du Moyen-Ogooué, intervenu dans la nuit du 8 au 9 octobre 2018. Selon de nombreux témoignages, une partie de la population n’a pas approuvé l’issue du vote, criant à la fraude du Parti démocratique gabonais (PDG).

D’après les résultats de l’antenne locale du Centre gabonais des élections (CGE), le PDG a remporté l’élection avec 61% des voix. «Ce qui n’a forcément pas plu à la partie adverse, car, dans les quartiers Bingoma Nord, Centre et Sud, le candidat indépendant, Dieudonné Nang Eko, l’aurait remporté, selon les acteurs et autres militants de ce candidat sur les lieux», explique l’AGP qui relève que la même réalité s’est produite dans les quartiers Kilomètre, et Mbilavion où l’Opposition aurait également été en tête dans les suffrages. Ne comprenant pas comment le PDG, conduit par Denise Mekam’ne, est finalement sorti vainqueur, la population a laissé éclater sa colère.

Le bâtiment de la mairie, dont les vidéos de l’incendie ont fait le tour de la blogosphère, aurait été incendié en signe de protestation et de contestation à cause de la fraude orchestrée par les candidats du PDG face aux représentants du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM), de l’Union Nationale (UN), de Démocratie Nouvelle (DN), du Front patriotique gabonais (FPG) ou de l’Alliance pour la restauration et le changement (ACR), notamment. Le feu est parti aux environs 20 heures, après la proclamation des résultats. Tout a été ravagé.

L’Agence gabonaise de presse (AGP) indique que la gendarmerie nationale et l’armée de terre, venues de Lambaréné et de Libreville, ont assuré la sécurité des personnes présentes au quartier général de Denise Mekam’ne, la candidate du PDG. Elle aurait quitté la ville 10 minutes avant l’incendie de la mairie, pour des raisons de sécurité, précise l’AGP, citant un témoin.