Depuis la fermeture du centre culturel américain de Libreville, l’ambassade des Etats-Unis au Gabon a initié une formule plus souple, The American Corner (le coin américain), que la capitale économique a été la première à accueillir et dont les activités, inaugurées en 2009, devraient encourager l’ouverture d’autres centres de ce type dans d’autres localités.

Shana Sherry (1er plan), conseiller à l’ambassade des Etats-Unis au Gabon, lors de son dernier passage à Port-Gentil, le 12 novembre 2015. © Gabonreview

Shana Sherry (1er plan), conseiller à l’ambassade des Etats-Unis au Gabon, lors de son dernier passage à Port-Gentil, le 12 novembre 2015. © Gabonreview

 

Fruit d’un partenariat entre la mairie de Port-Gentil et la représentation américaine au Gabon, The American Corner, sis au sein de la bibliothèque municipale, essaie de répondre aux attentes d’un public désireux d’avoir des renseignements sur le pays de l’oncle Sam. Des conditions d’entrée, de séjour, d’étude ou de travail aux Etats-Unis, aux modes de vie des Américains, en passant par l’étude et la pratique de l’anglais américain, la consultation de journaux ou d’œuvres de la littérature américaine, le portgentillais curieux y trouve gratuitement son compte. Les tout-petits, en particulier, ont accès à un programme spécifique, FutureKids, fait d’apprentissages et d’activités ludiques (jeux de société, musique, activités de plein air, etc.).

Les élèves du collège et lycée Raponda à l’American Corner. © Gabonreview

Les élèves du collège et lycée Raponda à l’American Corner. © Gabonreview

Il n’est pas rare, lors d’escales de navires américains dans la ville, que des orchestres de marins viennent s’y produire, au grand plaisir des jeunes qui fréquentent majoritairement les lieux. Chaque fois qu’une mission américaine séjourne dans la ville de sable, si ce n’est l’ambassadeur, l’un de ses conseillers y fait un tour et se prête volontiers à des activités avec les visiteurs (lecture d’ouvrage aux enfants, échange d’informations avec les adultes, etc.). Bien évidement, les élèves des établissements de la ville trouvent ici les réponses à nombre de leurs sollicitations sur la pratique de l’anglais, soit en s’inscrivant aux cours qui y sont dispensés, soit en venant consulter les ouvrages didactiques mis à leur disposition. Les professeurs de la langue de Shakespeare encouragent bien entendu leurs élèves et les membres des clubs d’anglais à venir compléter leurs connaissances ici. Les opérateurs économiques, singulièrement ceux œuvrant dans le secteur pétrolier où l’anglais est très pratiqué peuvent y avoir leurs salariés soucieux de renforcer leurs capacités en anglais. Bref une initiative qui a montré son utilité et qui devrait faire école.