Face à la montée vertigineuse des prix des produits sur le marché, une nouvelle équipe dirigeante a été nommée à Direction générale  de la concurrence et de la consommation (DGCC) le 6 septembre dernier. Conduite par Modeste Mfa Obiang, directeur général, elle a fait une descente sur le terrain ce jeudi, 20 septembre 2012, pour informer la population sur les récentes mesures prises de lutte contre l’inflation.

Boutique de quartier à Libreville - © Static/gabonreview.com

Afin de freiner la tendance haussière des prix, la DGCC avait rendu public, le 15 août dernier,  les nouveaux prix des denrées de première nécessité, applicables sur l’ensemble du territoire national. Deux arrêtés ont en effet été adoptés par le ministère de l’Économie. Ils s’appliquent notamment aux marchandises importées et à celles fabriqués au Gabon. Au total, soixante (65) produits, répartis dans les familles de viande, de volaille, de conserve de poisson, de légume en boîte, d’huile de palme raffinée, de pâtes alimentaires, de produits laitiers, de riz et poisson, ont été pris en compte dans la mercuriale.

De la commune de Libreville à celle d’Owendo en passant par Bikélé, la délégation de la DGCC s’est attelé à sensibiliser la population, particulièrement les tenants des commerces sur l’obligation d’appliquer la grille des prix homologuée par le gouvernement. Il s’agissait également de se rendre compte de l’effectivité de la mesure sur le terrain. Des commerces, petites et grandes surfaces, ont été donc contrôlés afin de voir s’ils appliquaient cette nouvelle grille tarifaire ou continuent dans la surenchère. Pour les indélicats, l’heure a été à la mise en garde et à l’enlèvement des prix non homologués des comptoirs en attendant le passage à l’étape des sanctions.

Durant un mois environ, les équipes de la DGCC vont continuer la sensibilisation des commerçants. D’autant plus que la majorité des commerçants ignorent carrément cette nouvelle grille tarifaire, ou feint de ne pas être en être informée.

Pour aller plus loin dans la quête de la baisse de l’inflation, le gouvernement réuni en Conseil des ministres le jeudi 6 septembre dernier, avait annoncé la suspension des droits de douanes et de la TVA sur neuf groupes de produits. Cependant, les consommateurs ne seront vraiment satisfaits que si un dispositif de contrôle efficace des prix est rapidement mis en place et s’ils voit leur pouvoir d’achat s’améliorer. D’où l’idée des «sanctions exemplaires» qui devront être appliquées à ceux qui ne veulent pas respecter la loi.