Selon le site Gabonallsport, les membres de la délégation gabonaise prenant part aux Jeux africains de la jeunesse d’Alger (Algérie) seraient abandonnés à eux-mêmes, au point de mendier le nécessaire auprès de leurs homologues. La faute incomberait au ministère en charge des Sports.

La délégation gabonaise, lors de la cérémonie d’ouverture des 3e Jeux africains d’Alger. © AGP

 

Les deux médaillés de bronze, Marisca Falonne Nzang Ndzime (taekwondo) et Andy Bringaud (tennis de table), en compagnie de Léon-Louis Folquet, président du CNO. © D.R.

Actuellement classé 23e ex éco avec le Bénin, derrière le Cameroun (14e) et le Tchad (18e ex æquo), le Gabon a déjà remporté deux médailles de bronze (taekwondo et tennis de table) à la 3e édition des Jeux africains de la jeunesse. La performance mitigée des athlètes gabonais à cette compétition semble ne pas être du goût du gouvernement, qui aurait décidé de mettre ses ambassadeurs à la diète. C’est, en tout cas, ce que laisse penser le traitement infligé aux membres de la délégation depuis leur arrivée dans la capitale algérienne. Certains en viennent à manquer du nécessaire, au point de le mendier auprès de leurs homologues, rapporte le site Gabonallsport.info.

«C’est très mauvais ici, raconte à notre confrère un des encadreurs des athlètes. Même pour se raser, les Gabonais demandent le rasoir aux Togolais. On ne peut pas faire honneur au pays à ce niveau très élevé de la compétition et être mendiant auprès des autres pays qui sont autonomes financièrement.» Un autre encadreur exige des autorités gabonaises que ses services soient payés. D’autant que le Gabon totalise actuellement deux médailles de bronze. Au sein de la délégation, on n’hésite plus à accuser le gouvernement, et précisément le ministère en charge des Sports qui n’aurait pas tenu ses promesses.

«En partant de Libreville, explique un membre de la délégation, on nous a dit que c’est sur place que la question des frais de mission et autres perdiems va être réglée. Curieusement, on se rend compte, une semaine après, que le ministère des Sports n’a même pas envoyé un sou ici à Alger.»

Du côté du ministère des Sports, l’on rend plutôt responsable le ministère du Budget, dont les services n’auraient pas traité le dossier jusqu’à lors. Mais l’on promet de remédier à la situation dans quelques heures, alors que la compétition prend fin le 28 juillet prochain.