A travers un nouveau cadre de coopération, les deux institutions entendent renforcer leur collaboration.

Ahmad Allam-mi (gauche) et Abdoulaye Bathily, le 14 juin à New York. © ONU/Département des Affaires politiques.

Ahmad Allam-mi (gauche) et Abdoulaye Bathily, le 14 juin à New York. © ONU/Département des Affaires politiques

 

Abdoulaye Bathily et Ahmad Allam-mi ont procédé, le 14 juin dernier à New-York (Etats-Unis), à la signature d’un nouveau cadre de coopération. Pour le chef du Bureau régional des Nations-unies pour l’Afrique centrale (Unoca), ce nouveau cadre vise à faire face aux nombreux défis auxquels la sous-région est confrontée. «Nous nous sommes engagés à continuer à privilégier l’unité dans l’action, à mutualiser nos moyens et à travailler de manière concertée pour contribuer à la paix, à la stabilité et au développement de la sous-région, y compris en soutenant les efforts des Etats et des peuples dans ces domaines», a déclaré  le chef de l’Unoca.

La signature du nouveau cadre de coopération. © ONU/Département des Affaires politiques

La signature du nouveau cadre de coopération. © ONU/Département des Affaires politiques

Quatre ans après la signature du précédent cadre de coopération, la CEEAC et l’Unoca envisagent de renforcer leur collaboration. La prévention et la résolution des conflits, l’assistance aux processus électoraux, la gouvernance, les droits de l’homme, les questions liées au genre, à la jeunesse et à la société civile sont au centre de leur accord de collaboration. La lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale, la piraterie maritime, le braconnage ainsi que la promotion de l’intégration régionale figurent également parmi les priorités de ce nouveau cadre de coopération. Un plan d’action annuel définissant les activités conjointes  a été élaboré. Il comprend, entre autres, des missions d’évaluation, des actions de diplomatie préventive et des ateliers de renforcement des capacités.

Pour l’effectivité de ce cadre, un mécanisme de suivi/évaluation a été mis en place. Il s’agira notamment de prendre en compte les objectifs fixés par le Conseil de sécurité lors de la prorogation du mandat de l’Unoca (2015-2018).