Le personnel des juridictions financières du Gabon, de la RDC, du Niger et de la République de Guinée participe du 3 au 7 avril à Libreville, à l’atelier de formation sur la planification de l’audit de revenus issus du secteur de l’industrie extractive.

Des participants à l’atelier de formation, le 3 avril 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

Un moment de l’atelier de formation. © Gabonreview

Le premier président de la Cour des comptes, Gilbert Ngoulakia a ouvert le 3 avril, à Libreville, l’atelier de formation sur la planification de l’audit de revenus issus du secteur de l’industrie extractive. Cette rencontre vise à renforcer les capacités du personnel des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (ISC) et des autres institutions nationales compétentes en matière de vérification spécialisée dans le secteur des industries extractives.

Les assises de Libreville ont pour objectif de développer ou adapter le guide d’audit financier en outil de vérification permettant d’effectuer une mission d’attestation, de concevoir le matériel de cours sur la base de l’outil développé et de réaliser des audits pilotes sur deux exercices (2015-2016).

«(…) la réalisation des audits dans le secteur minier et pétrolier permettra certainement aux recettes issues desdits secteurs d’impacter véritablement le développement économique et social des pays africains en général et ceux concernés par le programme de la planification de l’audit de revenus issus du secteur de l’industrie extractive», a assuré Gilbert Ngoulakia.

Au cours des travaux d’audit, les ISC s’appuieront également sur l’expertise technique des ministères en charge des Mines et des Finances. Ces audits consisteront à s’assurer que les contrats signés dans le cadre des activités des industries extractives sont conformes au cadre juridique et aux règlements en vigueur. Ils certifieront également que les revenus déclarés par le secteur privé sont conformes à ceux prévus dans les contrats, et que les revenus déclarés par le secteur privé sont conformes à ceux enregistrés par les administrations en charge de la collecte de revenus et le trésor public.