Satisfait de la réhabilitation en latérite et de la réouverture, le 20 mai dernier, du tronçon Fourplace-Bifoun sur la route Nationale 1, le Premier ministre n’a fait qu’exaspérer les internautes, sur Facebook notamment. Ceux-ci s’en sont donné à cœur joie pour s’en moquer.

Le lieu des travaux, un peu avant l’inauguration. © D.R.

 

Effondré dans la nuit du 12 au 13 mai dernier, le tronçon Fourplace-Bifoun sur la route nationale a été réhabilité et réouvert au trafic, le 20 mai 2018, par le Premier ministre Issoze Ngondet, en présence du ministre du ministre des Travaux public, Christian Magnagna. «Apaisé de savoir que les usagers pourront à nouveau circuler aisément sur cet axe de la nationale 1, le Premier ministre a tenu à féliciter la promptitude et la cohésion dont ont fait preuve les équipes du ministère de l’Équipement, des Infrastructures et des Mines, de l’ANGTI et du génie militaire, qui, après cette solution d’urgence, entameront très prochainement des travaux plus durables», indique le communiqué y relatif de la Primature.

La raillerie d’un internaute. © D.R.

«A peine une semaine de perturbation que déjà ça roule». Cette phrase justifie la satisfaction et la fierté du Premier ministre au regard des nombreux travaux évoluant au pas de tortue dans le pays. Entre congratulations et critiques, la publication Facebook du Premier ministre sur son inspection des nationales 1 et 2 et la réception du tronçon Fourplace-Bifoun a suscité des réactions et pas des plus glorieuses.

Les internautes, hélas, ne partagent pas la satisfaction pas la satisfaction d’Issoze Ngondet. Ainsi, pour Lezin E. N. «s’il faut se féliciter pour 200 m de latérite compactée, c’est que la médiocrité est vraiment un modèle de gouvernance à Gabao». Orondo W. demande pour sa part «d’arrêter cette vraie comédie», du fait que tout le monde passe par la nationale 1 et saura ce qu’il en est exactement. Le Gabon vient de réussir dans un autre genre cinématographique qualifié de «cinéma sans écran», note le même internaute.

 «Tu es parti par quel moyen de transport ? je ne pense pas que ce soit en voiture. Tu as vu l’Etat de la route Libreville-Ntoum, Ntoum-Kango ? Pour cette réparation insignifiante, tu fais un tapage ? Franchement respecte-nous», s’est indignée Landriana L. Roulons en attendant «très prochainement», l’entame des «travaux plus durables», note-elle.

Nombreux se sont en effet étonnés qu’un ruban symbolique aux couleurs nationales ait été coupé pour inaugurer la reprise du trafic sur une réparation en latérite. D’autres pensent à ce effet que l’endroit va se transformer en bourbier si la saison des pluies venait à se prolonger et se demandent si une couche d’asphalte, même provisoire en attendant les «travaux plus durables» promis, aurait coûté si cher à l’État.