Lucie Daker Akendengué dit vouloir «continuer le développement du département dans la sérénité».

Lucie Daker Akendengué ouvrant le robinet du précieux liquide. © Gabonreview

 

S’il est reconnu que l’eau est source de vie, dans le Département de Bendjè (province de l’Ogooué-Maritime), l’eau potable apparaît comme une denrée incontournable pour la santé des villageois. En effet, les rapports statistiques de la Direction régionale de santé locale révèle que la plupart des pathologies qu’on y rencontre sont sinon causées du moins aggravées par le manque d’eau potable. C’est donc avec un certain soulagement que les populations du village Odimba, dans le canton Océan, ont vu arriver la réalisation d’un château d’eau qui va alimenter tout le village à travers des relais de distribution.

Le château d’eau d’Odimba. © Gabonreview

«Finies les distances infernales pour se procurer de l’eau potable», a soupiré Emilienne Mwentchouwa, le chef du village dans son mot de remerciement.

Dans son allocution de circonstance, Lucie Daker Akendengué, présidente du Conseil départemental de Bendjè, a rappelé que, lors de sa prise de fonction, elle avait mis en place une commission ad hoc représentative de l’ensemble des forces politiques présentes au Conseil afin de faire non seulement un état des lieux des infrastructures existantes, mais également de recueillir les attentes des populations en matière de projets de développement local. Cette commission était composée, notamment, de Gabriel Ogoula Monyama, du groupe La Clé, ancien président du Conseil, de Saturnin Obame, ancien vice-président sortant, appartenant au groupe Bendjè Espoir et Thierry Rentchalet Akendengué, actuel 3ème vice-président, du Parti Démocratique Gabonais (PDG).

Le rapport produit avait conclu que les infrastructures, non entretenues depuis une bonne dizaine d’années, présentaient un «tableau de désolation». Elle prit donc l’engagement de réhabiliter le tout avant de lancer de nouveaux projets de développement. Elle a dû, pour cela, faire preuve d’ingéniosité dans la mesure où elle a été confronté à de nombreuses crises au sein du Conseil, les élus locaux lui ayant retiré la confiance et refusant de voter les budgets. Au terme de son mandat, c’est, dit-elle, «mission accomplie : écoles, internats, bâtiments administratifs, dispensaires sont de nouveau opérationnels».

 «Ajouté à cela, la mise en place d’un important projet d’adduction d’eau et d’électrification a permis de soulager les populations de nombreux villages et ce malgré l’absence de budgets d’investissements», indique-t-elle. En inaugurant le château d’eau d’Odimba, elle a redit sa volonté, «malgré les obstacles, de continuer dans la sérénité le programme entrepris pour poursuivre le développement de Bendjè et répondre aux attentes des populations du département».

Autrement dit, d’autres villages vont, dans les jours qui viennent, accueillir le même rituel pour ce qui est de l’adduction en eau.